Soleil : Démon T2, Dead life T3

/ Critique - écrit par plienard, le 10/09/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Deux séries qui manquent quelque peu d'inspiration. Cela tombe bien, elles sont terminées.

Dead life - Tome 3 : Le calice - note : 5/10

Le troisième tome de Dead life vient clore la série sur les morts-vivants de Jean-Charles Gaudin et dessiné par Joan Urgell. Un récit de zombies (on s'en doutait avec un titre pareil) comme on en voit pas mal et qui a mis quatre ans à paraître entre le tome précédent et celui-ci pour trouver une finalité. Dans ce tome, les personnages vont chercher à récupérer un calice, issu de la nuit des temps et qui serait la source de l'épidémie de morts-vivants.


© Soleil 2017.

 Le récit sans grande originalité utilise tous les codes du genre pour mettre un peu de suspens. La fin est un peu abrupte mais elle a le mérite d'empêcher de continuer à trop tirer sur la ficelle de l'épidémie inéluctable et inarrétable. Il est d'ailleurs parfois extrêmement énervant de voir ces personnages ne penser qu'à leur survie alors qu'ils ont en main le vecteur de l'épidémie.

Joan Urgell signe des dessins sombres, moins élégant que pour la série Trahie, mais bien dans l'ambiance de fin de l'humanité de la série. Cela manque parfois de visibilité  pour véritablement identifier correctement les personnages.
Difficile de faire originale face à Walking dead si on ne cherche pas à revoir certains codes bien installés ou à changer son angle de vue. Ici, le passé historique et ésotérique de l'épidémie aurait peut-être pu le permettre mais il n'a pas été exploré au-delà de l'explication donné dans cet album. Au final, un triptyque qui doit se découvrir dans son ensemble.

 

Démon - Tome 2 : Le sanctuaire du démon - note : 4,5/10

Annoncée initialement en trois parties, le second tome de Démon vient finalement clore une enquête sur un mal étrange faisant perdre l'esprit aux personnes touchées.

Nous sommes en plein moyen-âge et Alaric et Ermengarde sont sommés de trouver le responsable des assassinats qui ont été perpétrés dans la cathédrale de Carcassonne. Cela retarde leur enquête qui devait les emmener jusqu'à Bordeaux pour trouver la cause du mal des esprits.


© Soleil 2017.

 C'est dans un univers mélangeant démon, Moyen-âge, force occulte et fantastique, qu'Alaric mène des enquêtes presque policières.

Ce deuxième tome signé Richard D Nolane pâtit d'une conclusion plutôt expéditive. Plusieurs sujets restent en suspend sans même avoir été un peu exploré, comme cette histoire de démon (qui donne pourtant son nom à la série). L'enquête à Carcassonne, ensuite. dont on ne sait pas trop ce qu'elle vient faire là, tant elle prend de la place dans l'intrigue générale.
C'est une déception dont la faute vient d'une intrigue pas assez développée mais dont on ne sait si cela est voulu (manque d'inspiration) ou imposé (passage de 3 à 2 albums).


Les couvertures des 2 albums - © Soleil 2017.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse