Soleil : Da Qin T2, Les Savants T2

/ Critique - écrit par plienard, le 09/03/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Deux séries qui continuent avec les mêmes qualités et les mêmes défauts.

Da Qin - Tome 2 : Le voyage vers l'Est - note : 6/10

Le romain Numa n'aspire qu'à une chose : rentrer à Rome et pouvoir faires les derniers sacrements à son frère dont la mort le hante. Sans cela, il restera maudit par les dieux. Son seul moyen est que le prince Xiaolong lui mette à disposition un navire après qu'il l'ait aidé dans sa recherche du prince-héritier Cheng. Accompagné du gaulois Brennus, et de Marcus, et escorté par Qin et une chamane xiongnu, Uranbileg, ils vont partir aux confins du monde, dans le royaume mythique de Fusang.
La découverte du royaume de Chine de la dynastie des Han continue pour le romain Numa qui n'y voit que l'occasion d'espionner un futur allié possible contre les Parthes pour mieux le trahir par la suite.


© Soleil 2017.

 
Le personnage de Numa navigue entre sentiment de supériorité face aux peuples chinois qu'il considère comme des barbares, et sentiment de culpabilité de n'avoir pas honoré son frère. Un personnage parfaitement égoïste dont il ne ressort franchement rien de bon et qui apparait comme veule et fourbe, ce qui ne le rend pas très sympathique.
Dans ce deuxième tome, Richard Olivier apporte une touche "féminine" avec le personnage d'Uranbileg, une mongole au passé tragique. Si la jeune femme est superbe (merci aux dessinateurs Ullcer et Yang Weiling), elle n'en est pas moins dangereuse. Elle est le bras armé et une "tueuse impitoyable" du prince-héritier Cheng et tout comme Numa, elle est persécutée par les Dieux dans son sommeil.
Da Qin est une bonne bande dessinée d'action pour laquelle on ne parvient pas pour autant à s'emballer. La faute à un personnage principal loin d'être charismatique, contrairement aux personnages secondaires comme la jeune mongole ou le gaulois.
Les dessins et les décors sont par contre assez époustouflants avec une mention spéciale pour le palais du fils du ciel et la ville chinoise de Xi'an.

 

 

Les Savants - Tome 2 : Uraniborg 1594, la bête de l'île - note : 7,5/10

Uraniborg est un palais et observatoire construit par le roi du Danemark pour Tycho Brahé et qui fut un centre scientifique réputé. C'est dans ce décor que Luca Blengino nous emmène pour un thriller passionnant.


 © Soleil 2017.

L'originalité de la série est de mettre en scène des scientifiques réputés. Après Copernic et Paracelse, c'est ici Galiléo Galiléi et Johannes von Kepler qui vont faire équipe pour résoudre une série de meurtres particulièrement sauvages et perpétrés à Uraniborg. 

Une sorte de huis clos sur l'île de Ven où cohabitent les scientifiques du laboratoire et les habitants de l'île. Une cohabitation rendue encore plus difficile après les meurtres et où chacun s'accusent d'abriter l'assassin.
Une enquête sur fond historique, religieux et politique, où le jeu est de trouver l'assassin avant les dernières pages. Peine perdue (pour ma part), même si quelques indices ont été déposés de-ci de-là. Ils sont révélés à la fin comme il se doit. De l'Agatha Christie dans la forme, au pays des scientifiques. Un bon album de Luca Blengino et Stefano Catloni.


Les couvertures des 2 albums - © Soleil 2017.

 

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse