Soleil : La cour des miracles T1, Le troisième fils de Rome T1, Une génération française T5

/ Critique - écrit par plienard, le 30/03/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Trois BD historiques chez Soleil.

La cour des miracles - Livre premier * Anacréon, roi des gueux - note : 8/10

La cour des miracles est l'expression qui désignait l'association de malfaisants, voleurs, prostituées et gueux en tout genre au XVIIième siècle. Elle sévissait à Paris et c'était littéralement un état dans l'état, régi par un roi, des codes et protégeant ses membres contre l'ordre royal.


© Soleil 2018.

 Les auteurs, Stéphane Piatzszek - au scénario - et Julien Maffre - au dessin - nous proposent de suivre cette drôle de compagnie sous le règne d'Anacréon, le grand coësre, 84ième du nom.

Anacréon est le roi des gueux. Il a un fils, Petit-Jean, qui doit être son successeur et une fille, La Marquise, chargée de protéger son frère. Un roi respecté mais qui doit savoir montrer de l'autorité et dont le trône est convoité car il se fait vieux.

Les auteurs offrent un personnage haut en couleurs en la personne d'Anacréon, roi des voleurs et des assassins, mais au charisme intéressant et qui propose quelques fêlures comme son amour pour son fils qui l'oblige à faire des choix contraires à ses obligations. Le personnage de la marquise est aussi intéressant puisqu'elle est celle par qui le malheur arrive.

Des personnages rudes, sans foi ni loi (en tout cas pas celle que n'importe qui respecte habituellement) qu'on retrouvera avec plaisir.

  

Le Troisième fils de Rome - Tome 1 : Martius - note : 5,5/10

Ce qu'il y a de bien avec la bande dessinée, c'est qu'on peut apprendre beaucoup de choses. On est loin de l'époque où ce média n'était voué qu'au jeune public. Vous pouvez apprendre l'histoire de Rome par exemple. C'est ce que Laurent Moënard vous offre avec cette fiction prévue en cinq tomes aux éditions Soleil.


© Soleil 2018.

 Remus et Romulus, deux frères élevés par une louve, sont les fondateurs de Rome. Mais ce que l'on sait moins c'est qu'un troisième frère (issu de la même mère) aurait vu le jour. Et que celui-ci aurait voulu se venger de la mort de son père, tué par Romulus. Une secte va alors se créer. Une basse histoire de vengeance familiale en quelque sorte qui va s'étaler sur plusieurs siècles.

Nous sommes en 203 avant jésus Christ, et le romain Martius  va être investi d'une mission : rejoindre Scipion en Afrique et empêcher l'ordre du Troisième fils de Rome de permettre à Hannibal et Carthage de gagner la guerre contre Rome.

Stefano Martino (Nosferatu) est le dessinateur de cette fresque historique et fictionnelle avec un dessin et des cadrages ambitieux.

 

Une Génération française - Tome 5 : Vichy-capitale - note : 8/10

Une Génération française est une série aux éditions Soleil de Thierry Gloris dans laquelle on suit trois personnages au parcours différent. Chaque album suit spécifiquement un personnage dans son investissement personnel face à l'invasion allemande durant la seconde guerre mondiale. Chacun sera amené à se croiser, même si aucun ne prendra la même voie.


© Soleil 2018.

 Ici, on suit le lieutenant Tanguy Brettin d'Arçonnet, soldat de père en fils, avec une certaine idée de la France. La capitulation de la France est vécue comme un traumatisme. Et si la reprise en main par Pétain réconforte dans un premier temps, les événements qui suivent vont être plus difficiles à avaler. Mais quand on fait partie de la grande muette (surnom donné à l'armée), on se tait et on obéit aux ordres.

À l'image des albums consacrés au personnage de Martin Favre, cette deuxième partie est sans doute la plus intéressante. Les personnages sont soumis à des problèmes de conscience quasi-insoluble. Ici Tanguy, peut-il trahir ceux à quoi il a toujours cru ? La noblesse de son patronyme lui impose des devoirs et son père est là pour le lui rappeler. Pas particulièrement sympathique dans le premier tome qui lui était consacré, on a bien plus d'empathie pour lui ici. Confronté à la déchéance du pouvoir de la France, à l'intransigeante de son père et à l'obligation de lui faire un petit fils, Tanguy offre des failles intéressantes. On en apprend un peu plus sur lui et ses tourments.

Le dessin de Manuel Garcia (La terre des Vampires chez les Humanoïdes associés) est particulièrement efficace.

 


Les couvertures des 3 albums - © Soleil 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse