Soleil : Alice Matheson T5, Alyssa T4

/ Critique - écrit par plienard, le 24/10/2016

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Deux héroïnes hors du commun, ayant pratiquement le même non, mais dans des univers bien distincts et pour des publics légèrement différents.

Alice Matheson – tome 5 : Les obsessions de Sam Gibbs – note : 7/10

C’est avec une couverture très parlante qu’on démarre le cinquième tome de la série Alice Matheson. Pour ceux qui ne seraient pas encore au courant, une épidémie de zombie s’est mystérieusement déclarée dans le Saint Mary’s hospital de Londres. L’armée a réussit à plus ou moins contenir l’épidémie mais on ne sait toujours pas comment elle s’est déclenchée. Elle ne facilite pas non plus le travail « extra-professionnel » de l’infirmière Alice Matheson. La jeune femme est une serial-killer et prend un malin plaisir à abréger les souffrances de patients en fin de vie.


©Soleil édition 2016.

Dans cet univers effrayant, Samuel Gibbs n’est pas le descendant des Bee-Gees. C’est un pauvre mec, mal dans sa peau qui est amoureux transi de la belle infirmière Shirpa Rays. Celle-ci n’a jamais fait attention à lui, évidemment, d’autant qu’elle s’est laissée séduire par le séduisant docteur Chad Cooper dont elle attend un enfant. Le beau Chad, quant à lui, est un séducteur patenté et n’attend rien de sa relation avec Shirpa. Quand Samuel s’en rend compte cela le met dans une rage folle et il va commettre l’irréparable.

Alice Matheson est une héroïne qui aime se faire discrète. Ce sera le cas dans cet album qui tourne essentiellement autour du personnage de Samuel Gibbs. Ce personnage est tellement caricatural, il apparaît tellement timide et mal dans sa peau qu’on a du mal à croire qu’il soit capable de venir secourir sa bien-aimée au milieu d’un champ de zombie. Il est à la fois pathétique et antipathique dans son attitude et si on peut lui trouver quelques circonstances atténuantes et avoir un peu d’empathie pour lui au début, son attitude avec ses collègues, notamment Berthie est particulièrement abjecte.

Les auteurs parviennent à évincer Alice avec un autre personnage particulièrement déséquilibré. On se demande d’ailleurs s’il y en a un qui est équilibré dans cet hôpital. Un bon conseil, si vous êtes à Londres et que vous tombez malade, évitez à tout prix le Saint Mary’s hospital.

 

Alyssa – Tome 4 : Science et conscience – note : 7/10

Une jeune fille complexée qui cherche à faire amie-amie avec les filles les plus branchées de la classe ou du collège, c’est un sujet qu’on a déjà rencontré de nombreuses fois. Les série Les Nombrils ou encore Tamara sont d’ailleurs parmi celles qui s’en tirent le mieux sur le sujet. Et les éditions Soleil se lancent dans ce créneau avec une héroïne un peu particulière : elle a un QI hors-norme et elle apparaît comme une extra-terrestre à côté des autres. Elle cherche donc à se faire accepter. Et pour cela, elle cherche un stratagème pour intégrer le groupe de Nadia, Mélanie et Noémie et va se mettre à leur niveau jusqu’au moment où elle va être découverte !


©Soleil édition 2016.

La série écrite par Isabelle Bauthian et dessinée par Rebecca Morse (et des couleurs de Florence Torta) a pris un angle original au travers de son personnage principal, Alyssa, pour traiter de sujets tels que l’acceptation de soi, le jugement de l’autre. mais cet angle demande aux auteurs une certaine aisance sur des sujets tels que la philosophie, la sociologie ou les mathématiques afinde rendre leur personnage crédible. Et ça marche. Alors soit nous sommes comme les copines d'Alyssa, pas très fûtés, soit les auteurs cachent bien leur jeu.


Les couvertures des 2 albums - ©Soleil édition 2016.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse