8/10Les Chimères de Vénus - Volume 1

/ Critique - écrit par plienard, le 29/05/2021
Notre verdict : 8/10 - Je suis Vénus, j'ai vu et j'ai vécu

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Le scénariste des Indes fourbes et de De cape et de crocs, Alain Ayroles, revient avec une nouvelle série annoncée en trois volumes aux éditions Rue de Sèvres. Si cela est déjà une bonne nouvelle en soi, le point positif supplémentaire est que ce triptyque est un spin-off du Château des étoiles, superbe série d'Alex Alice chez le même éditeur. Aux pinceaux, un Étienne Jung très inspiré, respectueux de l'univers créé par Alex Alice, tout en lui donnant une identité propre.


© Rue de Sèvres 2021.

 

Hélène Martin est une célèbre actrice qui va se laisser séduire par le duc de Chouvigny. C'est en tout cas ce qu'elle lui laisse croire car si elle accepte de l'accompagner à bord de l'Excelsior, ce n'est pas pour son argent, mais par amour ! Un amour pour un bagnard-poète qu'elle espère retrouver une foi arrivée à destination.

C'est une histoire d'amour qui nous est proposée ici, en même temps qu'Alain Ayroles et Etienne Jung décrivent un nouveau monde fantastique : Vénus. La planète ressemble à la Terre mais avec quelques millions d'années en arrière, au temps des dinosaures. Elle est colonisée par la France et l'Angleterre, dans une bonne entente qui reste de façade.

On flirte dans une ambiance entre Papillon et Jurassic Park avec un duc de Chouvigny particulièrement cynique, une Hélène Martin pas si cruche que cela, un général français va-t-en-guerre, et un bagnard-poète tout à fait humaniste. Tout ce petit monde se retrouvent sur une planète hostile où tout n'a pas encore était découvert.

 


© Rue de Sèvres 2021.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse