Rue de Sèvres : Soeurs d'Ys, Un putain de salopard T2

/ Critique - écrit par plienard, le 13/12/2020

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Les soeurs d'Ys - note : 6/10

C'est sous-titré la malédiction du Royaume englouti que ce roman graphique par M.T. Anderson (scénario) et Jo Rioux (illustrations) paraît aux éditions Rue de Sèvres.


© Rue de Sèvres 2020.

 

On y retrouve deux sœurs, Rozenn et Dahut la cadette, aux caractères différents qui vont s'éloigner l'une de l'autre avec des visions opposées sur leur avenir suite au drame de la mort de leur mère.

Rozenn et Dahut sont les deux filles de la reine Malgven, une magicienne qui a érigé des remparts pour protéger la ville d'Ys. Mais Malgven va mourir subitement, éloignant les deux soeurs au caractère différent. Si l'aînée Rozenn se rapproche de la nature délaissant le trône dont elle est l'héritière, Dahut profite de son éloignement pour mener une vie fastueuse. Mais derrière cette attitude se cache un sombre secret et la protection d'Ys est en passe de se rompre si les deux soeurs s'éloignent définitivement.

M.T Anderson et Jo Rioux revisistent le mythe de la vile d'Ys dans un roman graphique aux dessins simples mais emprunts d'une certaine poésie. On retrouve l'univers des contes d'antan, faits de magie, d'ambitions et de trahisons.

 

 

 

Un putain de salopard - Tome 2 : O maneta - note : 8/10

La Guyane est une source d'inspiration chez nos auteurs de bande dessinée actuellement. Alors que Wilfrid Lupano et Paul Cauuet envoient leurs vieux fourneaux dans le département français d'Amérique du Sud, Régis Loisel et Olivier Pont y ont installé leur intrigue.


© Rue de Sèvres 2020.

 

Max est à la recherche de son père après la mort de sa mère. Un père qu'il n'a jamais connu. Il a en sa possession deux photos pour deux hommes susceptibles d'être le géniteur. Mais pour l'heure, Max est plutôt mal. Il est perdu dans la forêt amazonienne avec Baïa, une jolie indigène muette qui voit les esprits, et une sacrée chaude-pisse que lui a refilé Corinne, la serveuse du Toucan. Corinne, qui vient de recueillir les toutes nouvelles infirmières du dispensaire qui se cachent poursuivies par deux sales types.

Que dire sinon que cet album est dans la même veine que le premier. L'innocence des personnages se heurtent à dureté du monde de la Guyane et de la jungle. La situation s'est pleinement compliquée pour les protagonistes dans les premières pages de ce deuxième tome. Et si cela semble s'arranger pour Christelle et Charlotte, les deux infirmières, mais dans une moralité toute relative, Max fait toujours preuve d'inconscience, incapable de voir où se situe le meilleur pour lui et se laisse séduire par un mystérieux trésor.

 


Les couvertures des 2 albums - © Rue de Sèvres 2020.

 

 

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse