ATTENTION : CONTENU RESERVE A UN PUBLIC AVERTI

Les images et textes à caractère érotique, pornographique ou violent contenus dans cette page peuvent choquer certaines sensibilités. En consultant cette page, vous attestez être majeur au regard de la loi française et vous prenez vos responsabilités par rapport à son contenu.

CONSULTER QUITTER

9.5/10Revolutionary Road

/ Critique - écrit par Maixent, le 30/12/2018
Notre verdict : 9.5/10 - Punk is not dead (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Quand la critique sociale devient art.

Véritable phénomène sur les réseaux sociaux d'abord, Luis Quiles est devenu un artiste incontournable de la pop culture. Dans un monde policé et standardisé, il n'hésite pas à dénoncer les travers de notre société dans la grande tradition de ces artistes engagés, des dessinateurs du New Yorker à Tomi Ungerer, dont le trait incisif et radical a su marquer une époque.


Néo-idiots

 

Il en est de même pour Luis Quiles. Avec son trait reconnaissable entre mille, faussement naïf et empreint de couleurs chaudes, il n'hésite pas à s'attaquer aux icônes, dépeignant les excès d'un univers faussement parfait, le notre. Mais sa grande force réside dans le fait d'offrir des planches qui délivrent un message fort et direct en un seul dessin. Impossible de rester insensible face à cette menace sous-jacente qui transparaît dans un engagement permanent et une débauche de couleurs arc-en-ciel qui nous rappelle, par contraste, que nous ne vivons pas dans un monde de licornes, même si certains voudraient nous le faire croire.
Bestialité

 

En cela il réinvente la culture punk, refusant de se plier aux régles et aux diktats, en utilisant les armes de ses adversaires et sans tout casser. Car Luis Quiles nous amène surtout à réfléchir sur notre condition et plutôt que détruire la société, pointe du doigt ses incohérences pour que l'on puisse apprendre. Les causes qu'il défend sont nombreuses (féminisme, question de genre, enfance maltraité...), autant que ceux auxquels il s'attaque (religion, terrorisme, machisme ordinaire, soumission à la technologie...). A travers le filtre de la sexualité, apanage d'une société ultra sexualisée, et sans aucun tabou, il n'hésite pas à choquer pour faire passer son message, ce qui est d'autant plus fort dans un temps où le « moyen » est la norme et tout est nivelé.


Bullblegum

 

En plus des images qui font la force de cet album, un sommaire reprend chaque illustration avec un commentaire de l'auteur. Une démarche éditoriale intelligente qui permet de mieux cerner son propos sans prendre pour autant le lecteur pour un abruti.

Ses œuvres subversives sont compilées dans trois ouvrages : Revolutionnary Road, Riots et Antisocial Network mais à moins que la Terre n'explose, les êtres humains commettront d'autres exactions, il y a donc fort à parier que Luis Quiles ne s'arrêtera pas là.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse