6/10Le plastique c'est fantastique

/ Critique - écrit par Maixent, le 17/12/2017
Notre verdict : 6/10 - ... pour les copains qui passent... (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Adaptation colorée de l'univers d'Elmer Food Beat.

Autant il y a des médias qui se répondent et pour lesquels l'adaptation va de soi, comme passer du roman au cinéma, autant c'est plus risqué de passer de la chanson à la bande dessinée. Les éditions Petit à Petit avaient pris le pari fut un temps de sortir une collection illustrant les paroles de grands artistes populaires mais il manquait une once d'originalité et ce petit truc en plus qui donne une âme au livre.


Lost in the sea

 

Du coup, le choix éditorial de faire un album complet sur uniquement cinq chansons d'un groupe certes connu, mais plus tout jeune est assez audacieux. Groupe de rock alternatif qui a eu son heure de gloire au début des années 90, Elmer Food Beat est surtout connu pour ses rythmes énergiques et des paroles égrillardes, mettant en avant une certaine grivoiserie et surtout un sens de l'amusement. Le groupe véhicule une image positive, rock, qui ne se prend pas au sérieux mais réussit cependant à conférer à ses textes un certain message de tolérance dans la déconne sous fond d'érotisme diffus.

C'est cet esprit que Katia Even et Helene Lenoble ont réussi à insuffler à la bande dessinée. Ce ne sera pas l'album de l'année mais une parenthèse agréable et cohérente qui prolonge l'esprit rock des années 80, ce temps où « on était jeune, on était beau, on sentait bon la Kanterbrau ». En effet, leur force réside en une réinterprétation des chansons, pour en conserver l'esprit et non pas une copie mot à mot. Elles s'adaptent à leur média, ce qui donne plus de relief qu'une transposition à l'identique qui pourrait être assez fade et réussissent à faire vivre leur univers mignon et sexy dans ce qui est à la base un keupon qui saute dans tous les sens en marcel, slip et sandalettes en plastique aux pieds en gueulant sur une musique endiablée.
Un engagement l'air de rien

 

On retrouve dans l'album cinq chansons du groupe parmi les plus connues : Les traversées sont solitaires, Daniela, Ridy Oh, Le plastique c'est fantastique et Martine à la plage. Toutes se terminent par les paroles originales et les tablatures qui ont été source d'inspiration pour l'histoire qui précède.

En ce qui concerne Le plastique c'est fantastique par exemple, on suivra un homme qui rencontre une femme, celle-ci l'initiera aux joies du sexe protégé, ce qu'il adoptera ensuite avec d'autres. On reprend donc le thème général de la chanson originale, avec même des reprises de paroles et d'expressions mais en proposant une véritable histoire. L'air entêtant est d'ailleurs très présent pendant toute la lecture mais c'est le jeu. 
Le tout est porté par un dessin mignon qui rappelle parfois celui d'Arthur De Pins, dans des couleurs chatoyantes qui donnent vraiment une idée de joie et de fête. Des petits personnages souriants qui sautillent dans tous les sens pour une sexualité libre et décontractée autour de Daniela. Et cela fonctionne dans le message à transmettre.

Au final c'est un album léger, qui ne se prend pas vraiment la tête à l'image de ceux qui l'ont inspiré. Sympa à lire, agréable à regarder. Un petit plaisir coupable sans conséquence

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse