8.5/10Gloriande de Thémines

/ Critique - écrit par Valentin Pick, le 10/08/2019
Notre verdict : 8.5/10 - Un destin tragique (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

La tragique histoire de Gloriande sous les traits du talentueux Pascal Crosi

Gloriande de Thémines, femme du duc d’Arpajon, a mené une existence bien moins mystérieuse que ne le furent ses derniers instants. Si, d’un point de vue historique, la responsabilité semble pleinement incomber à son mari, Pascal Croci laisse, au travers de l’album, planer le doute.
Le duc d'Arpajon est de retour.

 


Tandis que le duc regagne le château de Sévérac, sa femme prétexte être souffrante afin de retarder l’inévitable rencontre. Le fruit porté par Gloriande a vu le jour avec trois semaines d’avances, et si le duc n’en était pas le géniteur ?
Le duc ne peut supporter une telle infortune conjugale. Colère et vengeance se préparent en coulisse. Tandis que le fiacre accompagne dame de Thémines à travers la forêt, le paysage enneigé qui borde le château dominant la région risque de ne pas conserver en tout lieu son blanc immaculé.
Inspiré de l’existence bien réelle de Gloriande de Thémines, le récit se permet de nombreuses interprétations. La tragique fin de la protagoniste offre à l’auteur l’opportunité d’user de tout son talent pour peindre des personnages aux émotions torturées. Ses aquarelles viennent envahir les pages avec des paysages aux couleurs aussi froides que le dénouement entaché d’un crime impuni. Seule la robe rouge venant habiller le corps de Gloriande vient apporter un peu de chaleur dans les couloirs mornes du château du duc d’Arpajon.

L’univers graphique de Pascal de Croci est identifiable en un regard. Les dominantes chromatiques sont souvent faites de bleu et de blanc. La narration n’est pas toujours évidente à suivre et il est fréquent de comprendre le sens de certains passages à la seconde lecture.
Pascal de Croci fait partie de ces auteurs que je lis avec le plus grand des plaisirs avant tout pour la qualité des illustrations. Cet album ne fait pas exception à la règle. Les paysages enneigés transportant une Gloriande aux airs de petit chaperon rouge sont un véritable régal pour les yeux. Cette nouvelle édition est une vraie réussite dès la première de couverture plongeant le lecteur dans le regard fuyant d’une Gloriande à la beauté énigmatique.


Gloriande et le duc d'Arpajon.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse