On n’avait rien demandé ! : Les chroniques du roi vagabond T1, Haïda T2

/ Critique - écrit par plienard, le 09/04/2016

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Dans notre rubrique On n'avait rien demandé !, deux albums chez Delcourt qu'on aurait peut-être du réclamer plus tôt.

Les Chroniques du roi vagabond – Tome 1 : Le premier mensonge – note : 7/10

On pourrait penser que cette nouvelle série aux éditions Delcourt, intitulée les chroniques du roi vagabond, n’est qu’une n-ième histoire de prince exilé qui va partir à la reconquête de son trône. Il n’en est pourtant rien.


©Delcourt édition 2016.

Ori, le fils du roi écarlate de la secte rouge a quitté la cité des couleurs pour vivre une vie d’aventures. Il chasse les artefacts et les trésors. Mais un jour, son ancien mentor le retrouve afin qu’il vienne sauver ses anciens amis. Le roi écarlate a été assassiné et la secte bleue extermine les membres de la secte rouge jusqu’aux enfants.

Il y a de la sympathie dans le personnage d’Ori. J’aime bien sa droiture et l’idée qu’il va jusqu’au bout de ses idées, loin de la conquête d’un pouvoir vacant. Erudit, intelligent, il a aussi pour lui beaucoup d’assurance et semble sûr de son fait. La seule fêlure à ce portrait idyllique pourrait venir de ses origines.

Un héros presque parfait et un récit que ne l’est pas moins. Alvaro Prieto, sur un story-board d’oscar Martin – l’auteur de Solo – signe une histoire qui allie humour, aventures et drame aux proportions quasi-parfaites.

Le dessin de Raul Moreno, pour sa première bande dessinée franco-belge est de bon augure pour la suite, ce qu’on attend donc avec impatience.

 

Haïda – Tome 2 : Frères ours – note : 7/10

Séverine Gauthier nous raconte une nouvelle légende indienne des indiens Haïda. Elle met en scène le peuple indien du clan du corbeau face au peuple des ours. Une histoire d’amour qui s’oppose aux traditions du clan du corbeau et qui va aboutir à la séparation des amoureux Kindawuss et Quissan. Kindawuss va alors être séduite par un ours et lui offrir 2 enfants. Lorsqu’elle retrouve Quissan, elle accepte de revenir avec lui mais elle emporte ses enfants Sogoat et Cunwhat. Le premier restera avec les hommes alors que le second retourna vivre avec les ours. A la suite de cette histoire, les jeunes papooses Taan et Nizhoni décident d’aller voir ces ours qui habitent la forêt. Mais ils ne se rendent pas compte du danger auquel ils s’exposent.


©Delcourt édition 2016.

Cette nouvelle histoire mise en couleur par Yann Dégruel est aussi magnifique que la première (L'immortelle baleine). La mythologie indienne offre de belles histoires, positives et avec des réflexions sur les actions humaines. L’aventure des deux jeunes indiens semble ici plus dangereuse que lors du premier tome. Ils courent au devant des ennuis mais dans un esprit positif et sans méchanceté.


Les couvertures des 2 albums - ©Delcourt édition 2016.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse