8/10Makaka - Les remèdes de l’Ouest – Tome 1 : La bête de South Valley

/ Critique - écrit par plienard, le 24/06/2015
Notre verdict : 8/10 - Les remèdes restent des mystères

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Chez Makaka, on sait aussi faire de l’humour et il le prouve avec ce bon album de loosers de l’Ouest.

Si Makaka Editions est une jeune maison d’édition, elle gagne à être connue. Outre son amusante dénomination qui vient du surnom affectueux donné par Shuky à sa compagne Karine – l’amour nous fait parfois dire des choses étranges ! – la maison d’édition montre une grande qualité dans ses choix éditoriaux – déjà plus d’une quarantaine de titres – et l’album qui nous intéresse cette fois, paru en février 2015, en est la preuve flagrante.


©Makaka édition 2015.

Une monstrueuse bête sévit à South Valley, ravageant le bétail. Mais dernièrement, elle a franchi un cap en tuant un cow-boy et son troupeau. Maintenant, c’en est trop. Le maire veut vite des résultats. Le shérif Stride et son assistant Jimmy n’ont, pour l’instant, rien à se mettre sous la dent, à part une griffe métallique. Dans le même temps, une épidémie de maux intestinaux (guéripette aiguë) sévit dans toute la ville. De là à dire que tout est lié !

Attention, les éditions Makaka s’attaquent au genre western de la bande dessinée à coup de bulles humoristiques. Jérôme Brizard et Gorobei sont leurs deux portes flingues. Le premier écrit, le second dessine pour un résultat enthousiasmant.

Si le pitch est on ne peut plus classique – un shérif enquête sur une série de meurtres – les situations, et surtout les personnages sont moins académiques. Ajoutez à cela des dialogues décalés, et on se croirait dans une BD avec Kad et Olivier (j’espère que les auteurs apprécieront la comparaison !).

Quant au dessin de Gorobei, il nous met tout de suite dans l’ambiance et on sait que si on va pleurer, ce sera de rire. Avec des personnages en forme de patates, genre les minions avec des grands bras et des grandes jambes, on se croirait dans un dessin animé de Gulli. Malgré et grâce à ce physique ingrat, les personnages restent expressifs et certains reflètent bien la bêtise.

Un shérif alcoolique, un médecin charlatan, des indiens végétariens, tous plus imbéciles les uns que les autres, rien n’inspire le sérieux et on passe un moment rigolo à la lecture de cet album. Une bonne entrée en matière pour les deux auteurs et on espère revoir tout ce petit monde (auteurs et personnages) très bientôt.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse