Le Lombard : Sous les pavés, La jeunesse de Thorgal T6

/ Critique - écrit par plienard, le 25/06/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Une belle histoire d'amour en plein mai 68 et la jeunesse d'un personnage qu'on connait depuis longtemps.

Sous les pavés - note : 8,5/10

Mai 2018 vient de passer et on ne pouvait pas éviter les évocations à un passé plus ou moins récent. Il y a un demi-siècle, la France a été complétement bloquée par les étudiants et les salariés. Un vent de révolte de fond de volonté de liberté et d'égalité à souffler sur la France. Et qui mieux que Warnauts et Raives pour utiliser cette période pour nous raconter une nouvelle histoire d'amour ? Ceux qui nous ont raconté la Belgique de l'après guerre avec trois diptyques dans la collection Signé du Lombard reviennent donc dans cet écrin de signatures prestigieuses.


© Le Lombard 2018.

 Le sujet n'est évidemment pas Mai 68 et ses évènements. Mais ils servent de décor à un récit où cinq jeunes gens, étudiants, vont se rencontrer, se côtoyer et vivre une expérience qui va bouleverser leur vie.

Jay Ferguson est américain et étudiant aux beaux-arts, section photographie. En suivant les émeutes du quartier latin, il photographie une belle étudiante, Françoise. D'origine modeste, elle est en couple avec Gilles, étudiant en médecine et fils à papa. L'avenir est tout tracé pour ces deux là mais l'arrivée de Jay et Mai 68 va bouleverser les consciences et l'ordre établi.

Didier Saint Georges est guadeloupéen et fils de député. Envoyé en métropole par son père à cause de ses liens trop proches avec le mouvement nationaliste guadeloupéen, il va servir de lien entre Jay et Françoise.

Sarah est une amie de Françoise et son parfait contraire. Fille d'un riche entrepreneur, elle préfère s'adonner à ses plaisirs (les hommes, les drogues) qu'assister aux cours. Elle annonce ce que sera le mouvement hippie à venir.

Une série de portrait qui caractérise cette époque et qui permet aux auteurs aussi de décrire cette période au travers de ce récit : les petites histoires dans la grande.

 

Les Mondes de Thorgal, La Jeunesse - Tome 6 : Le drakkar des glaces - note : 7,5/10

C'est toujours avec un certain plaisir qu'on accueille un album de Thorgal, que cela soit de la série principale, ou de ses séries parallèles - Kriss de Valnor, La jeunesse ou Louve -. Au fur et à mesure, les albums s'empilent et ces dernières ont d'ailleurs trouvées leur place dans cet univers fantastico-fantasy.


© Le Lombard 2018.

 Et La Jeunesse est peut-être celle qui se rapproche le plus de la série-mère, en ce sens où elle est , en quelque sorte, le pré-quel de l'aventure.

Yann au scénario et Roman Surzhenko font (presque) oublier les auteurs originaux (Van Hamme et Rosinsky) et lancent des liens avec la série-mère au fil des albums. Un à un, ils répondent aux questions laissées en suspens, enrichissent l'univers toujours un peu plus et pas seulement l'histoire de Thorgal.

Slive s'est échappée de la tour sombre dans laquelle Gandalf l'avait enfermée et veut retrouver sa capsule. En chemin, elle sème la désolation. De leur côté, Björn et Thorgal n'ont pas réussi à retrouver Aaricia. Le premier la croit définitivement morte, le second est encore persuadé du contraire. Gandalf, lui, n'a qu'une idée en tête : persuader Slive de l'épouser et récupérer ainsi son trésor. Au point d'en oublier la disparition de sa fille.

 


Les couvertures des 2 albums - © Le Lombard 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse