7/10Les deux vies de Pénélope

/ Critique - écrit par plienard, le 12/10/2019
Notre verdict : 7/10 - La double vie de Pénélope (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Un album qui pose question sur le sens qu'on donne à sa vie.

Judith Vanistendael est une autrice belge de bande dessinée et signe un roman graphique réaliste sur une femme médecin-chirurgien engagée dans l'humanitaire. Cette femme s'appelle Pénélope, comme la femme d'Ulysse dans l'Odyssée d'Homère. À la différence près que ce n'est pas elle qui attend son mari, mais l'inverse. Son métier et son investissement lui prend tout son temps, et elle est souvent partie en mission à l'étranger, laissant mari, fille, mère, père et sœur pendant plusieurs mois. Quand elle rentre, elle doit réapprendre à vivre avec ses gens d'autant qu'elle emmène avec elle ses fantômes, ces enfants qu'elle n'a pas pu sauver.


© Le Lombard 2019.

 Deux vies se présentent donc à elle : celle d'une femme médecin et celle d'une mère de famille absente. On serait tenté de la juger sur cette seconde vie, passant à côté de sa fille qui aurait besoin du soutien d'une mère, surtout pour une adolescente.  Mais il y a ce mari compréhensif, patient, présent et attentionné. Elle a cette chance. Mais il y a aussi sa famille, sa mère, sa sœur, qui ne comprennent pas ses choix.

Si dans un premier, le lecteur aurait tendance à avoir un jugement à charge contre Pénélope, l'autrice Judith réussit à vous faire changer d'avis, à voir cette femme autrement, loin de notre mode de pensée qui voudrait qu'une mère soit présente et s'occupe de sa famille. Le trait fin du dessin et les couleurs en aquarelle donnent un côté intimiste et prouve un fois de plus que l'autrice de La fille et le nègre, David les femmes et la mort et Salto a de la qualité et des choses intéressantes et enrichissantes à nous raconter.

 


La couverture de l'album - © Le Lombard 2019.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse