Le Lombard : Jakob Kayne T1, Green class T1

/ Critique - écrit par plienard, le 06/03/2019

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Deux bons premiers albums au Lombard.

Jakob Kayne - Tome 1 : La Isabela - note : 7,5/10

Mateo Guerrero est de retour avec une nouvelle série de Sylvain Runberg. Le dessinateur espagnol nous avait régalé en tant qu'auteur complet avec Turo (quatre tomes) ou sur Gloria Victis (quatre tomes, série en cours de Juanra Fernandes). Toujours fidèle aux éditions du Lombard, et accompagné de son coloriste Javi Montès, c'est, cette fois, un récit qui navigue entre fantastique et guerre de religion qu'il nous invite à découvrir.


© Le Lombard 2019.

 Jakob Kayne est un mange-mémoire, c’est-à-dire que personne ne peut se souvenir de son visage. Avec son frère, ils sont les derniers survivants des Hypocrates et offrent leurs services aux personnes qui le méritent. Ils ont été ici contactés pour qu'il guérisse la fille d'une famille avant de les évacuer de la ville d'Isabela. Mais celle-ci subit le siège de l'armée de Soliman qui veut récupérer les richesses de la ville.

Un premier album de bonne augure pour la série. Les personnages sont sympathiques et on a facilement de l'empathie pour eux. L'exfiltration de la famille ne va pas se faire aussi facilement que l'on pourrait s'y attendre et un certain suspens s'offre au lecteur. De même les deux frères ont des capacités et un passé qui demandent à être exploré. On n'attend que cela d'ailleurs. Et si le héros lorgne un peu sur le Scorpion de Marini, cela ne peut pas lui nuire. Et on lui souhaite autant de succès.

 

Green class - Tome 1 : Pandémie - note : 8,5/10

Attention, voilà une série qui ne devrait laisser insensible un jeune lectorat en mal de récit d'aventure un peu plus adulte et intelligent que celle de jeune héros aux pouvoirs surnaturels. On aurait pu en douter au départ en prenant connaissance du résumé annonçant un groupe d'enfant se retrouvant seuls dans un monde où un virus a transformé une partie de l'humanité en êtres dépourvus de toute volonté et terriblement contagieux. Ça sent le surf commercial sur la vague "Zombies" et le moins que l'on puisse dire c'est qu'on s'est totalement trompé. Les personnages sont fouillés : des adolescents de foyer revenant d'une classe découverte au milieu du bayou montrent une capacité d'humanité et de solidarité plutôt plaisante et encourageante face à la déliquescence du mode adulte. Ils vont préférer affronter le virus et ses conséquences plutôt que de laisser un de leur ami malade. Ils n'échappent pourtant pas au doute, et tous n'ont pas les mêmes motivations. Mais c'est rafraîchissant !


© Le Lombard 2019.

 Non, ce n'est pas un énième récit sur la fin de la race humaine, où un simple récit de zombies. C'est un peu plus subtil et malgré des ingrédients déjà-vus et utilisés, la sauce prend bien et on se régale du résultat.

Les auteurs de ce premier tome excitant ? Jérôme Hamon et David Tako. Le premier a déjà signé des récits avec de jeunes héros dans Nils (3 tomes chez Soleil) et Emma et Capucine (3 tomes, série en cours chez Dargaud). Le second est au dessin et vient de l'univers du jeu vidéo, et montre un trait parfait et un sens du détail. Les deux ont récemment signé un récit sur le Marsupilami pour Dupuis dans le tome 1 du Marsupilami - Des histoires courtes par …

 


Les couvertures des 2 albums - © Le Lombard 2019.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse