Le Lombard : Isabellae T6, L'Avocat T3, Maxence T3

/ Critique - écrit par plienard, le 05/12/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Isabellae - Tome 6 : Des papillons dans la brume - note : 7,5/10

C'est dans un bien mauvais état qu'on retrouve notre héroïne, Isabellae, pour commencer ce sixième album aux éditions du Lombard. Elle a sacrifié sa vie dans l'espoir de libérer le peuple Celtes. Et le combat qui reste à donner face aux anges envoyés par Dieu n'est pas à l'avantage des mortels. Mais la colline de Tara, le lieu du combat, est plein de magie et Isabellae, sa sœur Siuko et son père n'ont peut-être pas dit leur dernier mot.


© Le Lombard 2017.

 Raule et Gabor terminent leur série avec une bataille d'anthologie - Peter Jackson et ses deux trilogies sur l'anneau n'a plus qu'à bien se tenir - qui courent sur deux albums (tome 5 & 6). L'issue de l'affrontement est incertaine et le dessin de Gabor offre une "envolée" toute particulière à cette guerre. 

La série est un vrai plaisir, tant par son histoire qui  a su faire un savant mélange entre culture japonaise et mythes celtes que par son dessin et ses couleurs.

 

L'avocat - Tome 3 : La loi du plus faible - note : 7/10

L'avocat Léopold Sully-Darmon, surnommé LSD ou l'avocat des gueux, s'est fait piéger. La femme qu'il défend, une irakienne accusée de crimes contre l'humanité, est bien coupable. Elle lui a menti. Mais contre toute attente, il accepte de continuer à la défendre en changeant de stratégie. Elle n'est pas la femme qui a tuée mais celle qui a respecté les ordres. Et sur le banc des accusés, une société d'armement française va être appelée.


© Le Lombard 2017.

 Dans ce troisième tome, on découvre enfin notre héros dans son rôle-titre : avocat. Le récit s'en trouve renforcer car on se rend compte de la difficulté à faire émerger et concilier la vérité et la justice. Il reste que les méthodes de LSD ne sont pas dénuées de sens et alors qu'on croit qu'il a fait ce qu'il a pu, on découvre toute l'étendue réelle de son action. Un personnage fort et complexe et dont les révélations sur son passé vont aider à mieux cerner. 

Un dernier tome qui vient conclure ce triptyque en beauté. L'idéal serait de relire l'ensemble pour se rendre compte de l'évolution de l'enquête et des personnages. Frank Giroud et Laurent Galandon ont fait le métier et l'ont bien fait.

 

Maxence - Tome 3 : Le cygne noir - note : 6,5/10

Maxence parcourt le pays pour vérifier que les lois de Justinien 1er sont bien appliquées. En effet, les habitants des Balkans sont particulièrement attachés à leur tradition et un groupe de fanatiques alimente leur colère contre le pouvoir en place en publiant de faux textes de lois.


© Le Lombard 2017.

 C'est un récit complexe que Romain Sardou nous propose de découvrir avec un troisième tome toujours aussi bien dessiné par Carlos Rafael Duarte. On est dans le récit historique (VIème siècle après JC) mzais dans une période finalement très peu traitée avec des intrigues qui s'entrecroisent pour un imbroglio final pas évident à comprendre. Il est aussi à noter que certaines transitions se font de manière abrupte.

Maxence, c'est un peu le Alix du VIème siècle, mais dans un style graphique plus moderne.


Les couvertures des 3 albums - © Le Lombard 2017.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse