Le Lombard : Les enfants de la résistance T1, Rani T5

/ Critique - écrit par plienard, le 12/06/2015

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Un album à la fois drôle et éducatif et un album d’aventure chez Le Lombard.

Les enfants de la résistance – Tome 1 : Premières actions – note 6.5/10

Une nouvelle série, aux éditions du Lombard, vient de paraître au mois de mai 2015. Les enfants de la résistance s’appliquent à mettre en scène trois jeunes enfants, pas encore adolescents, qui se révoltent contre l’occupation nazie en 1940. En premier lieu, François, a la certitude qu’il faut résister. Il en sera d’autant plus convaincu lorsque son père, ancien poilu et fan du Pétain de la première guerre, lui intimera de désobéir aux ordres du maréchal. Avec lui, Eusèbe, le fils de l’instituteur, ils vont mettre en place une imprimerie pour distribuer des tracts et protéger la jeune Lisa, une belge germanophone qui a trouvé refuge chez les parents de François.


©Le Lombard édition 2015.

Cet album a plusieurs qualités. La première, celle d’être éducative, en expliquant les différents faits historiques comme décrire le processus d’occupation de la France par l’Allemagne ou d’évoquer le sujet de la chasse aux juifs. Un dossier très intéressant complète d’ailleurs l’album. La seconde, c’est la qualité du récit qui va montrer les différentes réactions des français sans faire de jugement particuliers, de montrer l’évolution des comportements et de décrire les différents visages de l’envahisseur allemand – d’abord sympathiques pour endormir l’hostilité des gens puis qui va révéler sa vraie nature lorsque que les premiers attentats vont avoir lieu –. La troisième concerne le mode de narration au travers des yeux de François pour qui, même s'il n'est qu'un enfant, l’engagement va être réel et plus important que celui des personnages adultes. Il en ressort une certaine innocence, une révolte dénuée de jugement tranché et impulsif. Il pose sans cesse des questions, à son père, se confie au lecteur sur ses doutes, ses sentiments et ses interrogations.

On passe plutôt un bon moment à la lecture de l’album. Il s’adresse plutôt à un jeune public. Il est signé Benoit Ers pour le dessin et Vincent Dugomier pour le scénario, le duo des démons d’Alexia (chez Dupuis) et de Hell School (au Lombard).

 

Rani – Tome 5 : Sauvage – note : 7/10

C’est le retour de la belle Jolanne de Valcourt, aux éditions du Lombard, avec le tome 5 de Rani. Après avoir été Bâtarde, Brigande, Esclave puis Maîtresse, la voici Sauvage.


©Le Lombard édition 2015.

Après s’être échappée du comptoir de Mahé où elle était tenancière d’une maison des plaisirs, Jolanne est retrouvée évanouie sur une plage. Recueillie par un jeune pêcheur indien, elle a complètement oubliée son passé. Après les maintes péripéties qu’elle a vécues, elle passe quelques moments délicieux et simples avant que son impétuosité ne reprenne le dessus et la mette dans une nouvelle situation délicate.

Jolanne est la digne héritière d’Angélique, la marquise des anges. Un destin incroyable, une abnégation sans pareil, et le sort qui semble s’acharner sur elle sans cesse. Sera-t-elle jamais heureuse et tranquille un jour ? À la lecture de ses aventures, il apparaît que plus elle fuit, plus son passé la rattrape. Il va bien falloir qu’un jour elle se décide à l’affronter. Mais pour l’instant, il faudrait qu’elle retrouve sa mémoire car beaucoup l’ont déjà reconnu.

Le dessin magnifique et très élégant de Francis Vallès tire vers le haut cette histoire somme toute assez commune, voire quelquefois un peu trop rocambolesque. On se laisse pourtant emporté par la beauté des dessins et des couleurs et on s’évade jusqu’aux Indes assez facilement.

En rendant si fébrile Jolanne dans cet album, les scénaristes Jean Van Hamme et Didier Alcante nous étonnent avec son attitude d’habitude plus volontaire et moins passive. Elle va bien trouver les ressources pour quitter son sauveteur-pécheur et se rendre seule jusqu’à Pondichéry, mais à partir du moment où elle va trouver refuge auprès de la femme du gouverneur, elle va être beaucoup plus passive. On a du mal à suivre ce personnage parfois si fort et par moment si faible. Cette dualité permet aux auteurs d’imaginer toutes sortes de retournements qu’il est parfois difficile de suivre.

Dans les trois prochains tomes, elle sera Condamnée, Reine puis Marquise. Cela nous promet encore de beaux rebondissements. Il va falloir s’accrocher.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse