Le Lombard : Le Convoyeur T2, Green class T3

/ Critique - écrit par plienard, le 03/06/2021

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Un point commun : un virus ! On commence à connaitre

Le convoyeur - Tome 2 : La cité des mille flèches - note : 7.5/10

Avec un sous-titre qui rappelle un album de la série Valérian - L'empire des mille planètes -, ce deuxième tome de la nouvelle série aux éditions du Lombard, Le convoyeur, confirme tout le bien qu'on pensait du premier tome.


© Le Lombard 2021.

 

La "rouille" a complétement dévisagé la Terre et ceux qui l'habitent. Dans cet univers retourné à une sorte de moyen-âge, le convoyeur exécute des missions qu'il ne refuse jamais malgré les dangers et pour lesquelles il n'a jamais connu l'échec. Il ne demande qu'une chose en échange : avaler l'œuf qu'il propose. Craint par tous, il est cependant pourchassé par une femme, prénommée la Chasseresse, qui lui reproche la mort de son fils. Mais le Convoyeur n'en a que faire. Tout ce qui l'importe, c'est de remplir sa mission.

Dans ce second album, on commence à percevoir qui est vraiment le Convoyeur et quel et son secret. Et la surprise est de taille, à l'image de l'univers développé dans cette série de Tristan Roulot, dessinée par Dimitri Armand.

 

Green class - Tome 3 : Chaos rampant - note : 7/10

C'est l'histoire d'une classe verte qui part en sucette. Six jeunes canadiens - Naïa et son frère Niah, Beth, Linda, Lucas, Sato - se retrouvent bloqués dans les marais de Louisiane en pleine pandémie où un virus transforme les hommes en monstres végétaux. Parmi eux, Noah se fait infecter et sont poursuivis par les militaires, par un groupuscule d'extrémistes - les Human First - et par des infectés. Mais derrière les évidences se cachent une vérité toute autre. Et au début de ce troisième tome, Noah est finalement décédé.


© Le Lombard 2021.

 

Une série qui nous fait vivre par mal d'émotions et qui est différente à chaque album. Les personnages évoluent et sont passés de jeunes "adoles-chiants" à de jeunes adultes pleins de ressources sans qu'on s'en étonne. Le scénario de Jérôme Hamon est efficace et passe d'une épidémie (dont on connaît bien maintenant les tenants et aboutissants) à un complot militaire et scientifique. Les dessins et les couleurs de David Tako servent l'intrigue avec talent.

 


Les couvertures des 2 albums - © Le Lombard 2021.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse