LE LOMBARD : Le Chant du cygne T2, Gloria victis T3, Old Pa Anderson

/ Critique - écrit par plienard, le 03/02/2016

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

3 albums (dont le dernier album du grand prix d’Angoulême 2016) pour 3 destins différents, et pour certains dramatiques.

Le Chant du cygne – Tome 2 : Qu’un seul nous entende – note : 8/10

Suite et fin de l’aventure du lieutenant Katzinski et de ses hommes qui emmènent la pétition de milliers de poilus contre l’absurdité et l’inutilité des assauts contre les allemands. Nous sommes en avril 1917 et cela peut valoir le peloton d’exécution à tous si ce document parvient entre les mains de l’état-major. Pour l’heure, le lieutenant et ses hommes passent pour des mutins alors qu’ils tentent de rejoindre Paris pour remettre la pétition  à l’assemblée nationale.


©Le Lombard édition 2016.

Si le premier album avait pu paraître un peu trop coloré pour un album traitant de la première guerre mondiale par rapport aux traitements habituels de cette période, on n’en était pas moins impatient de connaître la suite. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on n’est pas déçu par le résultat.

Avec toujours ce style à la Myazaki donnée à l’histoire, l’album a, cette fois gagné en émotion. L’heure des choix se fait plus pressante car on voit mal comment cette aventure peut finir favorablement pour les personnages. Mais les auteurs vont-ils oser une fin heureuse ? Un espoir tenace tient le lecteur jusqu’au bout.

 

Gloria victis – Tome 3 : Némésis – note : 7.5/10

L’équipe espagnole Fernandez-Guerrero-Montes continue de nous raconter l’itinéraire de l’aurige Aelio avec le troisième tome de Gloria victis au Lombard.


©Le Lombard édition 2016.

Ce péplum nerveux se penche sur les courses de chars dans une sorte de Michel Vaillant dans l’empire romain. Mais à l’inverse du pilote automobile qui bénéficie de la puissance économique de l’entreprise familiale, Aelio doit batailler pour survivre et devenir conducteur de char. Fils d’un célèbre aurige, mort lors d’une course, Aelio va devenir esclave avant de retrouver sa liberté. S’il a longtemps goûté l’amertume de la défaite, face notamment à son adversaire héréditaire Victor, la donne va quelque peu changer dans le troisième tome où l’ombre paternelle va pouvoir laisser place au talent inné du fils.

Cet avant-dernier album met fin à la descente aux enfers d’Aelio et au début de sa gloire avec un Matteo Guerrero au sommet de son art. Délaissant le côté manga de sa série fantastique Turo, il montre ici la qualité de son trait réaliste et sa qualité de mise en scène avec des découpages toujours différents d’une page à l’autre. Un petit régal pour les yeux.

 

Old Pa Anderson – note : 7/10

Yves H et Hermann, le fils et le père, signent un nouvel album fort dans la prestigieuse collection Signé du Lombard. Old Pa Anderson, c’est l’histoire d’un vieil homme noir, vivant dans la Mississippi et qui vient de perdre sa femme. C’est alors que son vieil ami lui révèle que quelqu’un aurait vu ce qui est arrivé à sa fille quelques années plus tôt. N’ayant plus personne à protéger, il va venger la mort de sa fille.


©Le Lombard édition 2016.

Avec les Hermann, on est toujours sûr d’une chose, c’est qu’on va avoir droit à un récit fort et prenant, sans fioritures. C’est ici le cas. Nous sommes dans l’état ségrégationniste du Mississippi en 1952. Une fatalité implacable accompagne le destin d’Anderson et on le suit dans son accomplissement, incrédule devant tant de haine, de méchanceté et de violence.

On retrouve l’ambiance du film Mississippi burning à l’exception près qu’ici il n’y a aucun espoir salvateur pour Anderson qui n’a que la seule alternative de faire justice lui-même. dans cet album, l’Homme en prend encore pour son grade avec la famille Hermann.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse