Le Lombard : Alt-Life, Montana, Irons T1

/ Critique - écrit par plienard, le 06/04/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Trois albums qui devraient trouver leur public au Lombard.

Alt-Life - note : 6/10

Josiane et René sont tous les deux volontaires pour être la première femme et le premier homme à vivre 100% dans le virtuel. Ils seront les précurseurs, créeront un univers comme bon leur semblera. Aucune contrainte. Dans un premier temps, seule Josiane semble réellement à l'aise dans cette liberté totalement virtuelle. Elle donne libre cours à tous ses fantasmes. À l'inverse, René est totalement perdu.


© Le Lombard 2018.

 Thomas cadène et Joseph Falzon signent un album d'anticipation psychologique. Ils imaginent une société qui cherche à se débarrasser du réel, un futur improbable qui amène des questionnements. L'Homme peut-il vivre seul avec ses fantasmes ? Ses envies ne sont-elles que sexuelles ? C'est en tout cas l'angle par lequel les auteurs traitent ce sujet, dans une sorte de psychanalyse freudienne.

Le sujet prend ainsi beaucoup de place, donne un petit côté coquin à l'album mais limite l'humain à des questions de sexe, une vision un peu restreinte à mon sens. Cela n'enlève en rien l'intérêt du propos sur comment appréhender un monde totalement nouveau pour lequel nous sommes totalement maîtres, absent de toutes souffrances et de toutes contraintes physiologiques ou physiques.

Les auteurs qui ont signé un album sur un couple homosexuel aux éditions Delcourt (Romain & Augustin, un mariage pour tous) continuent d'explorer l'homme et la société sur des sujets parfois difficiles et complexes.

 

Montana - note : 7,5/10

C'est avec un titre qui pousse à s'interroger, Montana, que Giulio de Vita et Gianfranco Manfredi proposent un western à l'ancienne aux éditions du Lombard qui n'est rien d'autre que l'adaptation en BD franco-belge d'un personnage de BD "made in Italy", Tex Willer.


© Le Lombard 2018.

 Est-ce un album qui montre la difficulté et la rudesse du monde dans le Montana ou est-ce une manière de calmer les fans du héros Tex  Willer pour montrer qu'il n'y aura sans doute pas de suite à ce one-shot ? Si ce titre interroge, c'est bien le seul bémol qu'on peut donner à cet album. On retrouve une bonne histoire de western à l'ancienne avec son personnage juste et droit, presque parfait contre des pourris, tout ce qu'il y a de plus ignobles. Bien sûr, Tex est le plus rapide, le meilleur tireur, il est fidèle en amitié et est toujours là pour sortir son ami Birdy du pétrin dans lequel il se met.

Tex fête ses 70 ans d'existence. Pour ceux qui connaissent la série, ils auront le plaisir de retrouver leur personnage dans un album en grand format, loin des formats "livre de poche" à l'italienne au grand dam des puristes sans doute.

 

Irons - Tome 1 : Ingénieur-conseil - note : 8/10

La collection troisième vague du lombard s'enrichit d'un nouvel héros plutôt atypique comme elle a l'habitude d'avoir. Atypique selon deux aspects : une personnalité dyssociale et une profession d'ingénieur-conseil en ponts et infrastructures. Comment faire un thriller avec de telles caractéristiques ? C'est le pari lancé et remplit (on peut le dire) de Tristan Roulot et Luc Brahy. Le premier a délaissé sa série humoristique Les Goblin's depuis un moment déjà pour des sujets plus sérieux et plus dans l'actualité (Hedge Fund - série en cours dans la même collection au Lombard). Le second, revient à un type d'histoire mêlant enquêtes et des personnages dont ce n'est normalement le rôle comme Imago mundi et Climax.


© Le Lombard 2018.

 Le pont reliant l'île-du-Prince-Edouard au continent canadien vient de perdre un de ses piliers. Le taxi emmenant Jack Irons évite de justesse la catastrophe. Un sacré coup de chance et une drôle de providence pour cet ingénieur spécialiste des ponts. Il va alors se retrouver coincé sur cette petite île, à devoir faire la lumière sur cet accident, entre les constructeurs du pont et les pêcheurs qui ont perdu leurs ressources premières avec sa construction.

On est au bord de la mer, mais Irons se retrouve pratiquement comme prisonnier dans un environnement fermé. Sa misanthropie fait tout de suite effet et offre des situations et des dialogues assez piquants.

Ce premier tome est une franche réussite malgré la nécessité de devoir installer et présenter ce nouveau personnage. Et selon la formule convenue, on attend une suite avec impatience.

 


Les couvertures des 3 albums - © Le Lombard 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse