Le Lombard : Ducobu T25, Green class T2, Le maître chocolatier T2, Jakob Kayne T2

/ Critique - écrit par plienard, le 26/03/2020

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

4 albums parus en février.

Ducobu - Tome 25 : L'idole des écoles - note : 7/10

Alors qu'un troisième volet cinématographique des tricheries de Ducobu était en ce moment à l'affiche, le vingt-cinquième tome de ses aventures dessinées est paru aux éditions du Lombard. Ce sont toujours Zidrou et Godin qui officient au scénario et aux dessins.


© Le Lombard 2020.

 Si dans le film, une compétition de chant constitue l'intrigue, ici il n'en est pas vraiment question, bien que quelques gags sur les talents vocaux de l'élève Ducobu y soient développés. Léonie fait preuve d'une certaine lassitude de devoir, encore et toujours, se battre pour empêcher son voisin de copier sur elle. Mais cela lui donne l'occasion pour lui voler un baiser.

Dans ce nouvel album, Nenesse (le squelette) est aussi mis en avant avec quelques planches qui lui sont spécialement consacrées. Humour et situation improbable parsèment ce tome qui fait honneur à la série et qui se complète d'une séance de cinéma (quand on pourra y retourner).

 

Green class - Tome 2 : L'Alpha - note : 8/10

On retrouve nos six amis, Noah, sa soeur Naïa, Linda, Beth, Sato et Lucas dans leur lutte pour survivre et rejoindre un semblant de société normale. Noah a été infecté par le virus et s'est transformé en être végétal.


© Le Lombard 2020.

 Accompagné de sa soeur qui est la seule à pouvoir encore communiquer avec, ils sont emmenés par un infecté gigantesque. Leurs quatre amis tentent de suivre leur trace. Mais ils sont poursuivis par un groupuscule qui se fait appeler Les Humains first et s'intéressent beaucoup à Noah et au géant infecté.

Je sais que le sujet plombe l'actualité et qu'on a parfois envie de penser à autre chose. La bande dessinée en est un bon moyen mais est-ce ce que cette BD va remplir ce rôle. Clairement non, car il y a toujours une petite voix dans la tête qui vous ramène à notre réalité actuelle. Pour autant, on avait beaucoup aimé le premier tome et ce deuxième album est du même acabit. 

Le récit prend une tournure un peu plus politique et moins "survivor". Il y a clairement deux clans en opposition mais qu'il est difficile de bien cerner et de comprendre quel est le clan du bien et celui du mal. Cela laisse encore l'envie au lecteur d'en savoir un peu plus sur ce fameux "Alpha".

 

Le maître chocolatier - Tome 2 :  La concurrence - note : 8/10

Après les sagas familiales sur la bière, la banque, le vin, voici celle sur le chocolat avec la famille Carret.


© Le Lombard 2020.

 Alexis Carret est un jeune pâtissier dont la spécialité et la passion est le chocolat. Il a un talent incroyable, mais n'est pas soutenu par son père qui voyait en lui le repreneur de l'entreprise. En cette période de fêtes de fin d'année qui s'annonce, l'ambiance est au beau fixe dans la boutique de chocolat qu'il vient d'ouvrir avec ses amis Clémence et Benjamin. Une relation intime et même en train de se nouer notre Alexis et son employée Manon. Mais les évènements vont vite les ramener à la réalité. La concurrence va être particulièrement aggressive voire déloyale. Et il va falloir trouver l'énergie pour réagir.

Emballés par le premier album, ce deuxième tome vient confirmer notre avis positif. 

 

Jakob Kayne - Tome 2 : Le maître de l'oubli - note : 7/10

Lors de sa dernière mission, Jakob Kayne est tombé amoureux de la belle Victoria qu'il devait sauver. Mais elle a été enlevée par les Omeykhims et fait maintenant partie du harem du sultan Soleman. Il ne pense plus qu'à une seule chose : aller la libérer. Mais si la jeune femme , peu ou prou, les mêmes sentiments pour son sauveur, elle ne sait pas du tout à quoi il peutressembler. En effet, Jakob Kayne et le dernier mange-mémoire. Tout ceux qui voit son visge, l'oublie aussitôt. 


© Le Lombard 2020.

 Dans un moyen âge aux accents orientaux et méditerranéens, cette histoire d'amour se déroule en pleine guerre de palais. Le sultan est en passe d'être renversé et complique la situation de Jakob. Mais cela  n'est pas tout, car Sylvain Runberg nous a concocté un récit fait de surprises et de coups de théâtre. Le plus vient évidemment des éléments fantastiques qu'il a introduit avec les Hypocrate, dont Jakob et son frère Samuel font partie.

Mais tout cela ne serait pas totalement reussi sans le dessin de Mateo Guerrero. Le mouvement, le détail, un découpage ambitieux et novateur, son trait s'est affirmé depuis sa série Turo (quatre albums, déjà au Lombard). De la grande bande dessinée d'aventures.

 


Les couvertures des 4 albums - © Le Lombard 2020.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse