Les Humanos : Exo T2, Seul survivant T2

/ Critique - écrit par plienard, le 07/09/2016

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

C’est la rentrée chez les humanos et qu’est-ce qu’ils nous proposent ? Je vous le donne en mille : un nouvel EXO !

Exo – Tome 2 : Moon strike – note : 6.5/10

Les extra-terrestres sont à nos portes. Ils ont pris possession de quelques humains et s’apprêtent à nous attaquer. Pourquoi cette agressivité ? Leur planète Darwin II vient d’être découverte et ils réagissent devant le danger que nous représentons. Dans le même temps, une équipe d’assaut humaine a été envoyée sur la Lune pour découvrir ce qui s’y cache.


©Humanoïdes associés édition 2016.

Ce deuxième tome vient donner un peu plus de consistance au récit initié dans le premier. On rentre réellement dans le vif du sujet. Le contact s’établit entre humains et extra-terrestres pour le pire ou le meilleur, rien n’est encore décidé. Il faudra patienter au prochain album prévu pour 2017 pour savoir si l'irrémédiable sera fanchit. On prend, en tout cas, un peu plus de plaisir qu’au premier tome qui a servi de mise en place de l’intrigue et des personnages. C’est de la science-fiction pure et dure, de qualité et on sent une lente montée de la pression pour les personnages qui tiennent l’existence de la planète entre leur main. Jerry Frissen et Philippe Scoffoni signent une belle petite série.

 

 

  • Seul survivant – Tome 2 : Bossa nova club – note : 6.5/10

Deuxième tome pour Seul survivant, une série concept de Christophe Martinolli et Thomas Martinetti dans laquelle on suit le rescapé d’un accident violent qui finit par perdre les pédales et provoque lui-même un drame.

Après le dessin de Jorge Miguel sur le premier tome, c’est le péruvien José Malaga qui s’y essaye après le tome 4 de Mandalay toujours chez les humanos et après avoir travaillé sur des comics comme The Twilight Zone ou Vampirella. Ici, le dessinateur sait ce qu’il fait. Il apparaît à son aise même si c’est un poil sobre.


©Humanoïdes associés édition 2016.

On retrouve donc Jennifer Bristow, la rescapée du vol 714 entre Atlanta et Miami (voir T1). Devenue une sorte de vedette – la seule survivante d’un crash d’avion ! – elle en est marquée psychologiquement, car dans le drame elle a perdu ses amis, son petit ami et surtout l’enfant qu’elle portait. De cet événement, elle garde une séquelle physique, une cicatrice au-dessus du sourcil droit comme Max celui qui a provoqué l’accident de son avion. Elle y voit un signe du destin, une sorte de passage de témoin. Et après un cours séjour en asile psychiatrique, elle parvient à se faire engager comme baby-sitter dans une riche famille du brésil.

Cet album agit comme un bon thriller. Et même si on sent arriver les choses, que le drame est inéluctable, on ne peut pas décrocher de l’histoire. Le passé de Jennifer finit par ressurgir, sa santé mentale est mise à rude épreuve et elle passe de la douce baby-sitter que toute la famille adore à une tueuse froide et machiavélique. La psychologie de ce personnage est parfaitement bien rendue. On comprend son cheminement et on accepte aisément qu’elle dupe tout le monde (ce qui n’était pas forcément le cas dans le tome 1). Dès lors, il ne nous reste plus qu’à regarder l’inéluctable, et de faire des pronostics sur le prochain « seul survivant ».

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse