7/10Maïdan love - Tome 2 - Yvanna

/ Critique - écrit par plienard, le 26/05/2020
Notre verdict : 7/10 - L'amour à l'ukrainienne ! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Suite et fin des aventures du "berkhout" Bodgan, un flic anti-émeute, à la recherche de sa petite-amie pendant les événements de la révolution de la Dignité en février 2014, sur la place Maïdan, à Kiev.

Les temps sont durs en Ukraine. Et travailler dans les berkhout est une situation enviable. Mais l'état d'esprit des flics anti-émeute ne correspond pas à celui de Bogdan : abus de pouvoir, violence gratuite ... et Olena, sa petite amie fait partie des manifestants sur la place Maïdan. Alors, quand elle lui envoie leur code d'alerte par téléphone, il n'hésite pas longtemps. Il abandonne son poste pour partir à sa recherche. Pour son capitaine, cela ne fait pas de doute. Il a déserté et fait partie des manifestants qu'il faut réprimer.

On avait laissé Bogdan pour mort à la fin du premier tome, bloqué dans un bus en feu. Et si on le retrouve ici, en vie, il n'est pas  forcément dans  une situation beaucoup plus enviable. Il est retenu prisonnier des berkhout qui comptent lui faire payer sa trahison et sa désertion. Et bien que sa situation soit tragique, tout ce qui l'importe est de retrouver sa fiancée.

Sur fond de révolution unkrainienne, Aurélien Ducoudray (Amère Russie) nous raconte jusqu'où on peut aller par amour. Ici, Bogdan va aller jusqu'à mettre en péril son avenir pour sauver la femme qu'il aime. Les évènements et leur enchaînement lui donneront raison, mais pas comme on aurait pu le penser. Car le scénariste nous a concocté une péripétie finale.

Christophe Alliel (Kookabura T12, Spynest, Le ventre de la hyène) est toujours le dessinateur de ce diptyque, dans un format réaliste. Si on reste dubitatif sur la case 3 de la première planche où la voiture semble tout droit sortie d'un album humoristique, la suite est clairement d'un tout autre accabit. J'ai une préférence pour la séquence dans la banque où on se croirait dans une épisode de fantasy avec ces agresseurs déguisés en guerriers de Narnia.

Malgré les situations critiques dans lesquelles Bogdan se retrouve, l'album ne manque pas d'une certaine ironie. On navigue ainsi entre histoire d'amour, révolution, récit historique et humour. Le dessinateur n'hésite pas à passer d'un genre à l'autre avec une certaine maestria.

 

Maïdan love - Tome 2 - Yvanna
© Grand Angle 2020.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse