Grand Angle : Après l'enfer, De mémoire

/ Critique - écrit par plienard, le 22/07/2019

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

De mémoire, je n'avais jamais un tel Enfer !

Après l'enfer - Tome 1 : Le jardin d'Alice - note : 8,5/10

Damien Marie (scénario) et Fabrice Meddour (dessins et couleurs) démarrent une nouvelle série, une sorte de western crépusculaire dans l'Amérique de l'après-guerre de Sécession. On est dans un Sud exsangue, où la haine est devenu le seul sentiment possible. Dans cet "enfer", vont se rencontrer des âmes esseulées : Dorothy qui a tout perdu (parents et plantation), Alice une jeune enfant traumatisée par les maltraitances qu'elle a subi et qui s'est réfugiée dans un monde imaginaire, et trois confédérés cassés par la guerre autant physiquement que psychologiquement. Tous traînent des traumatismes et vont se lancer à la poursuite de 12 "apôtres de l'apocalypse", certaines par vengeance, d'autres par appât d'un trésor de guerre.


© Grand Angle 2019.

 

Damien Marie - un auteur incontournable des éditions Bamboo/Grand Angle avec Welcome to HopeCeci est mon corps, Ceux qui restent … - nous offre une histoire prenante, mêlant émotions et horreurs (de la guerre). Et si on croit que les cinq personnages ont déjà goûté au pire de l'homme, la fin de l'album laisse présager qu'il n'en est rien, et que le pire est à venir.

Fabrice Meddour - L'ultime chimère, La geste des chevaliers dragons - réussit un western aux couleurs ambitieuses, qui ne sont pas sans rappeler le travail d'Yslaire sur sa série Sambre (Glénat). Cela donne un côté "eastwoodien" à son album, plutôt version Pale rider que western spaghetti… Le formidable jeu sur les couleurs expriment parfaitement l'ambiance et les émotions et les blessures des personnages.

 

De mémoire - note : 7/10

Éric Corbeyran est célèbre dans le monde de la bande dessinée pour sa formidable production (plus de 200 récits) mais surtout pour sa série Le Chant des stryges (vingt tomes chez Delcourt). Mais même pour cet ogre de la BD, il y a encore des premières fois et il signe ici son premier scénario chez l'éditeur mâconnais, Grand Angle.


© Grand Angle 2019.

 

Pour le dessin, c'est un habitué de la maison d'édition, Winoc - Cliff and Co, le tome 3 de Traffic, PostelloGran café Tortoni - qui mettra en image cette histoire originale.

Nick Powell a un don depuis qu'il a eu une crise d'épilepsie à ses trois ans. Il est capable de retenir tout ce qu'il lit ou voit. Un don extraordinaire mais qui lui gâche la vie. Incapable d'avoir des relations sociales normales, il n'est pas capable de garder un boulot. Mais c'est le passé qui va refaire surface quand deux types viennent le braquer et le kidnapper à l'entrée de la boite de nuit pour laquelle il vient de démarrer le job de videur. Fils d'un grand scientifique mort dans un accident de voiture, son don intéresse certaines personnes. A-t-il lu les recherches de son père avant qu'il ne disparaisse ?

Un polar sympathique avec des personnages qui ne le sont pas moins, ce one-shot étonne par son côté "unique". On sent que le don de Nick offre de nombreuses possibilités et pourrait générer des convoitises qui pourraient être développées sur plusieurs tomes et aboutir à une série. Ce n'est pourtant pas l'option prise par les auteurs. Loin de donner une histoire sans ambition, on se retrouve avec une BD directe et sans extravagance.

 


Les couvertures des 2 albums - © Grand Angle 2019.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse