Glénat : Requiem T8 & 9

/ Critique - écrit par plienard, le 26/02/2021

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Requiem chevalier vampire - Tome 8 & 9 - note : 8/10

Une série fantastique aux accents satanistes, Requiem chevalier vampire se voit rééditée aux éditions Glénat depuis 2016. Parue initialement entre 2000 et 2012 chez Nickel productions (11 tomes), la série de Pat Mils et dessinée par Olivier Ledroit est marquée par son ambiance et son esthétisme incroyable.


T8 - © Glénat 2021.

 

On n'arrive pas sur ce genre de série à partir du huitième tome, bien évidemment. Il faut avoir parcouru les sept premiers albums pour appréhender le destin de Requiem, vampire et adoubé chevalier. On le retrouve face à Otto, un autre vampire, qui a enlevé Rebecca. S'en suit un affrontement intense et sans merci à l'aide de l'arsenal d'Otto.

Dans le tome 9, les pirates commandés par Dame Mita (ex J. Edgard Hoover dans le monde des vivants) partent affronter les vampires, pendant que Requiem et le singe de Toth redevenue Leah la femme écarlate s'accouplent dans une frénésie de plaisir.


T9 - © Glénat 2021.

 

Cette série fait penser à une autre série, 666, mais avec le côté gothique des Vampires. C'est complètement barré avec une floraison de personnages, tous plus mystérieux et sombres les uns que les autres. Les textes peuvent à la fois choquer, ou faire sourire, mais ils sont parfois trop présents. Si le scénariste va loin dans l'explicatif ou le descriptif,  l'excès, la luxure ou le morbide n'en deviennent que plus risibles. Cela casse la dureté de cet univers et lui confère - oui, j'ose le dire - plus de légèreté.

Le dessin d'Olivier Ledroit (Les chroniques de la Lune noire) n'a, lui, rien de léger. Il est tout simplement phénoménal. Un graphisme aux détails époustouflants, sombre et gothique à souhait. C'est une véritable claque que le lecteur prend en pleine figure. Ces deux albums aux couleurs très différentes - un plus noir, l'autre plus coloré - montrent qu'il est capable d'une diversité diabolique.

Évidemment, le sujet n'est pas forcément grand public mais les amateurs de ce type d'histoires et d'univers ont bien de la chance.

 


Les couvertures des 2 albums - © Glénat 2021.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse