Glénat : Les grandes batailles navales - Texel, Midway

/ Critique - écrit par plienard, le 29/10/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Les grandes batailles navales par Jean-Yves Delitte.

Les grandes batailles navales - Midway - note : 6/10

Le peintre officiel de la Marine, Jean-Yves Delitte, dirige tout naturellement une belle collection aux éditions Glénat sur les grandes batailles navales qui ont eu lieu à travers les siècles, des plus célèbres aux plus méconnues.


© Glénat 2018.

 

Dans ce nouveau tome, il s'agit d'une fameuse bataille du Pacifique entre le Japon et les Etats-Unis d'Amérique. Il n'est pas question de Pearl Harbor (qui n'est pas à proprement parler une bataille navale), mais celle de Midway, un petit atoll au milieu du Pacifique où les forces américaines (pratiquement agonisantes) vont réussir l'impossible et damer le pion aux forces nippones plus nombreuses et mieux équipées. Un événement majeur de la guerre du Pacifique qui en fait un tournant.

Pour nous raconter cet épisode, Jean-Yves Delitte met en scène le personnage de Doug Davidson, tout jeune aviateur, venu se battre contre les japonais. Mais son affectation à Midway met en berne ses ambitions de combats aériens, tant la base est éloignée des premières lignes du conflit.

Après un début prometteur, avec un dessin de l'italien Baiguera, où l'histoire commence avec une bonne présentation de la situation dans les deux camps, on reste finalement sur notre faim (fin) avec un manque évident de pages sur l'opposition en elle-même et de la bataille (aéro-)navale, plus aéro que navale d'ailleurs. Trois pages, tout au plus, pour la plus grande des batailles du Pacifique, c'est un peu chiche. Quatre porte-avions coulés côté Japon, un seul côté américain, les dégâts sont conséquents mais la bataille manque d'envergure. Le dossier à la fin de l'album venant mettre plus en avant encore le manque d'infos. On a l'impression que la bataille s'est faite sur trois décollages avec une dizaine d'avions bons pour le rebut. On n'ose pas y croire.

 

Les grandes batailles - Texel, Jean Bart - note : 8/10

Les batailles se suivent et ne se ressemblent pas. Après Midway, Jean-Yves Delitte s'attaque en personne à la bataille de Texel, dans les dernières années du dix-septième siècle. Elle va opposer la France aux puissances européennes. Mais elle marque surtout la confirmation du talent maritime d'un seul homme, Jean Bart.


© Glénat 2018.

 

Texel est une île au large des côtes hollandaises et l'ancien corsaire, devenu officier de la marine, Jean Bart, va être chargé d'escorter un convoi apportant du blé à la France en pleine famine. Mais la flotte hollandaise s'est emparé du convoi maritime avant même que Jean Bart n'arrive. L'affrontement est inévitable. Mais le rapport de force est à l'avantage de l'ennemi.

Jean Bart est une légende, pour les Dunkerquois dont la ville était le port d'attache (et où il a même sa statue) et pour la marine française pour ses faits d'armes qui lui vaudront d'être anobli, lui l'ancien corsaire. Au-delà de la bataille navale que Jean-Yves Delitte nous offre avec son talent inégalable, cet album est surtout l'occasion de présenter un marin qui a fait la fierté de la France lors d'un épisode qui a fait sa gloire. Jean-Yves Delitte a un réel talent pour dessiner cette époque et ses bateaux. Mais ils nous transmet aussi le respect que Jean Bart produisait sur tout les hommes qu'il rencontrait.

 


Les couvertures des 2 albums - © Glénat 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse