Glénat : Les grandes batailles navales - Le Bismarck et No Ryang

/ Critique - écrit par plienard, le 24/12/2019

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Les grandes batailles navales - Le Bismarck - note : 8/10

C'est auréolé par le prix de la bande dessinée 2019 de l'académie de Marine que la collection Les grandes batailles navales chez Glénat édite deux nouveaux tomes.


© Glénat 2019.

 

Le premier est signé intégralement par Jean-Yves Delitte, lui-même, peintre officiel de la marine. On ne présente plus cet artiste belge et son talent à dessiner les bateaux (en particulier). Il s'attaque, cette fois, à un épisode de la seconde guerre mondiale au cour duquel l'armée navale anglaise va poursuivre l'insaisissable cuirassé de la kriegsmarine, Le Bismarck.

Une lente montée du suspens qui sera incarnée par deux membres de l'équipage : l'un qui a une confiance aveugle en sa hiérarchie, et l'autre conscient de la conclusion à venir.

Jean-Yves Delitte montre qu'il ne sait pas seulement dessiner les vieux gréements, mais que les bateaux modernes ont aussi droit à son talent. Il nous fait d'ailleurs grâce d'un affrontement final sur une double page qui laisse rêveur.

Jean-Yves Delitte nous transmet sa passion du dessin et des bateaux avec gourmandise.

 

Les grandes batailles navales - No Ryang - note : 8/10

Si le nom du Bismarck est peut-être connu d'un plus grand nombre de personnes, celui de No Ryang laisse plus la place à l'interrogation, à l'exception des spécialistes de l'Asie et de son histoire.


© Glénat 2019.

 

No Ryang est un détroit où une célèbre bataille a eu lieu et qui a opposer la flotte navale japonaise et la flotte coréenne. Elle est célèbre du fait de la disproportion des forces en présence. La flotte japonaise forte de 500 navires se fait repoussée par les 150 navires coréens grâce à la stratégie d'un seul homme, l'amiral Yi Sun-sin.

C'est cette formidable passe d'armes que Jean-Yves Delitte nous raconte avec une belle qualité dans la mise en place des faits et des forces en présence. N'importe qui comprendra la situation, et il n'est pas besoin d'être un expert de cette période historique. Les japonais veulent quitter cette guerre qui s'enlise car une guerre de succession s'est engagée au Japon suite à la mort de celui qui a provoqué cette guerre avec la Corée. Mais ils veulent partir avec une victoire finale. Or, ils ont en face d'eux un stratège encore célèbre en Corée.

Pour mettre en forme cette bataille, qui mieux qu'un dessinateur coréen de grand talent, Q-Ha, pour la dessiner ?

 


Les couvertures des 2 albums - © Glénat 2019.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse