Glénat : Kid Paddle T15, Lacrima christi T3

/ Critique - écrit par plienard, le 27/11/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Kid Paddle en famille ou la fin du monde à nos portes, c'est le choix du jour chez Glénat.

Kid Paddle - Tome 15 : Men in Blork - note : 7/10

Kid Padfle est un petit garçon comme les autres et qui aime les jeux vidéos, En particulier celui où il dégomme des Blork avec le personnage du petit barbare. Il a un père et une sœur. Le premier est à l'image du père un peu en décalage avec son temps mais qui fait tout pour être en accord. Il peut à la fois être la fierté de son fils et la honte de sa fille. Cette dernière est complètement hermétique à l'univers de son frère, un univers fait de monstres susceptibles de lui donner des cauchemars. Mais elle ne laisse rien paraître.


© Glénat 2017.

 Cet album met en scène Kid et sa famille. On délaisse les blagues typiquement jeux vidéos, pour des situations drôles plus dans la vie courante : vouloir aller au cinéma pour voir une séance interdite est parmi les gags récurrents. Si la série titre bien avec le nom du jeune garçon, l'album a un certain équilibre avec du "temps de gag" donné à tout le monde de manière égale. Cela en fait un album harmonieux et drôle.

 

Lacrima christi - Tome 3 : Le sceau de la vérité - note : 7/10

L'apocalypse est à nos portes. L'attentat de l'aéroport de JFK à New York effraie tout le monde. Et il fait prendre conscience à beaucoup que l'union fait la force. La recherche d'un antidote est devenu vitale et les services du Vatican vont collaborer avec une famille restée très discrète jusque là : la famille Uglioni. Le temps presse car le dirigeant nord-coréen a déjà récupéré le poison.


© Glénat 2017.

 Si on passe outre le sauvetage un peu surréaliste, façon James Bond, des premières pages, et la possibilité qu'une famille ait pu passer entre les mailles du filet vatican pendant des siècles, cette aventure est un bon moment de lecture. Cette nouvelle série de Didier Convard et Denis Falque vient dans la suite logique du Triangle secret. Les deux auteurs continuent de dérouler un récit mélangeant espionnage, complots et mystères religieux à la manière d'un Da Vinci code.

Cet album est mené tambour battant et laisse peu de moment pour reprendre son souffle. Il faut dire qu'il est urgent de trouver un antidote au Lacrima christi, cette nouvelle peste. Didier Convard a eu le nez creux avec son dirigeant nord-coréen qui est une copie de Kim Jong-Un, l'actuel président de la Corée du Nord. Une intuition qu'on n'espère pas trop proche de réalité.


Les couvertures des 2 albums - © Glénat 2017.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse