Glénat : Trafalgar, Les guerriers de Dieu T1

/ Critique - écrit par plienard, le 19/04/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Deux bandes dessinées historiques comme pour rappeler un passé glorieux des éditions Glénat ...

Les grandes batailles navales - Trafalgar - note : 7/10


C'est une toute nouvelle collection qui démarre aux éditions Glénat avec cet album. Une collection dirigée par Jean-Yves Delitte et qui sera consacrée aux batailles navales importantes. Et qui mieux que le peintre officiel de la marine pour cette collection ? L'auteur de Belem (quatre tomes), L'Hermione, Les aventures de Black Crow a plus d'une fois montré que la mer est au moins aussi importante pour lui que la bande dessinée. Il le prouve une fois de plus en prenant en charge cette toute nouvelle collection.


© Glénat 2017.

 
Dix batailles navales sont déjà dans les cartons dont neuf pour lesquelles il sera le scénariste. Et pas moins de trois albums vont initier la collection avec Chesapeke, Jutland et l'album qui nous intéresse ici, Trafalgar.
Et c'est avec la plus célèbre des batailles navales qu'on démarre. Trafalgar, la plus formidable victoire anglaise et le pire affront de la flotte française nous est ici décrite, à la fois, de manière didactique et romancée. Au travers de quelques personnages, on plonge dans l'ambiance de l'époque et dans l'univers de la marine française.
La signature de Jean-Yves Delitte est gage de qualité, mais qu'en est-il de celle de Denis Béchu ? C'est simple, on a l'impression de lire un album dessiné par Jean-Yves Delitte lui-même. On peut dire que ce jeune dessinateur a de la qualité. On regrettera cependant le manque de pages sur la bataille en elle-même. Les auteurs ont préféré privilégier l'ambiance et le contexte historique à la bataille en elle-même.

 

 

Les guerriers de Dieu - Tome 1 : 1557, la chasse aux hérétiques - note : 6/10


Si la chasse aux protestants a été maintes fois traitées par la bande dessinée (Charly IX) ou le cinéma (La Reine Margot), elle a été le plus souvent vue au travers de son point le plus dramatique, la nuit de la Saint Barthélemy. La nouvelle série de Philippe Richelle et Pierre Wachs, après Secrets bancaires, Opération vent printanier, Libre de choisir, et Secrets de la IIIème république, aux éditions Glénat, démarre un peu plus tôt dans la frise historique que cet événement majeur, et fait un léger état des lieux avant l'impensable.


@ Glénat 2017.

 
Henri II, roi de France, est enlisé dans une guerre contre le roi d'Espagne. Il espère bientôt y mettre fin et ensuite s'attaquer à un problème tout aussi important à ses yeux, le nombre croissant des Huguenots, les protestants de France. Et alors que le chevalier Arnaud de Boissac assiste à une cérémonie protestante, ce catholique désireux de mieux connaître cette communauté, se fait arrêter et doit prouver qu'il n'est pas un huguenot.
Dans ce premier tome, Philippe Richelle (scénario) et Pierre Wachs (dessin) mettent en place un environnement et une atmosphère, ainsi que des personnages. Un premier livre donc un peu composite, dont on ne sait pas trop s'il a vocation à introduire une série sur la guerre contre les protestants ou sur un personnage, Arnaud de Boissac, en pleine guerre de religion.

On est encore loin des séries historiques de Glénat, telles que les 7 vies de l'épervier, qui savaient raconter à la fois une histoire et un contexte historique. Disons que ce premier album essuie les plâtres d'une mise en atmosphère et attendons le prochain tome (déjà annoncé pour debut mai 2017) avant d'avoir un avis plus tranché.


Les couvertures des 2 albums © Glénat 2017.

 

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse