Gallimard : Le roman de Renart, Bienvenue T3

/ Critique - écrit par plienard, le 24/12/2014

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Un petit retour en arrière avec deux albums parus aux éditions Gallimard récemment.

Le roman de Renart – note 6/10

Le roman de Renart a une saveur particulière pour moi (et peut-être pour de nombreux lecteurs). On peut en effet dire que j’ai appris à lire avec. C’est donc toujours avec joie que je retrouve n’importe quelle adaptation de ce livre qui est synonyme d’apprentissage, de souvenirs heureux de jeunesse.


DR.

Œuvre aux multiples auteurs, dont certains sont restés inconnus, le Roman de Renart rassemble divers récits mettant en scène principalement 2 personnages, le goupil Renart et le loup Ysengrin. Adapté de nombreuses fois, et notamment en bande dessinée, on retiendra les illustrations de René Hausman en 1970 aux éditions Dupuis ou encore les deux principaux personnages de De cape et de crocs qui y font référence. L’auteur Bruno Heitz fait aussi partie de cette liste. Avec son style caractéristique, il l’adapte en deux albums, Ysengrin et Sur les chemins, en 2007 et 2008, dans la collection Fétiche des éditions Gallimard, et qui sont maintenant réunis en un seul volume.

Et si c’est une joie personnelle de retrouver la ruse de Renart, la crédulité d’Ysengrin le loup, c’est aussi une joie de retrouver les émotions de mes lectures d’enfance. Bruno Heitz adapte à sa manière le roman mais en garde l’essence et reste respectueux des textes. Il ne reprend aussi que les hauts faits de Renart et on ne trouve pas toutes les aventures du goupil, notamment celles à son désavantage. On regrette donc que l’album soit si court et se lise si vite.

 

Bienvenue, tome 3 – note 6/10

Suite et fin des aventures de la jeune Bienvenue avec ce troisième tome aux éditions Gallimard. Marguerite Abouet met fin à la vie tumultueuse de Bienvenue, cette jeune fille, prête à aider le monde entier, tellement elle éprouve de l’empathie pour son prochain et tout cela au détriment de sa propre vie. Évidemment tout le monde en profite un peu, et certains même en abusent. Mais ce qui devait arriver arriva. Bienvenue se sent fatiguée, et au bord du burn-out. Ainsi lorsque le père des enfants qu’elle garde lui propose quelques jours dans leur maison de campagne en Normandie, elle accepte de partir, laissant tout le monde avec ses problèmes. Vont-ils réussir à s’en sortir sans elle ?


DR.

Émotion, humour, amour, aventures rocambolesques, Bienvenue c’est tout cela à la fois. Ajoutez-y une pincée d’humanité et vous aurez compris que cette bande dessinée fait du bien. Elle donne de l’espoir. Pendant un moment, au cours de la lecture, cette série me faisait penser à la BD novella de Thomas Cadène, Les Autres gens, par le nombre de personnages tous plus ou moins liés les uns aux autres, avec leur existence qui se croisent et s’entremêlent. Mais ici, les liens sont plus forts et l’ambiance plus humaniste. On a de la sympathie pour tous les personnages de Marguerite Abouet (Aya de Yopougon) et le dessinateur Singeon parvient à retranscrire cette humanité bienveillante. Mais rassurez-vous, on n’est pas dans la béatitude des bons sentiments. Il y a une résonance sociale, avec des sujets proches de la réalité. On est dans la vie, la vraie avec ce qu’elle a de plus beau et de meilleur. Ça fait du bien pour les fêtes.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse