8/10J'ai tué le soleil

/ Critique - écrit par plienard, le 19/08/2021
Notre verdict : 8/10 - Aucune lueur d'espoir (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 1 minute(s) - laisser un commentaire

Tags : winshluss soleil litterature jeunesse livres karl gallimard

Il reste qui après une pandémie ?

J'ai tué le Soleil est un récit apocalyptique de Winshluss aux éditions Gallimard-BD. Un récit qui résonne évidemment avec les événements actuels et que l'auteur a commencé à écrire il y a 6 ans, ce qui le rend encore plus troublant.


© Gallimard-BD 2021.

 

Dans une première partie qui démarre totalement muette, on suit un homme qui chasse ! Rien de bien stressant, sauf qu'on découvre peu à peu qu'il n'a plus que deux balles dans un monde totalement abandonné et où il est, semble-t-il, le seul survivant. Et deux balles, c'est peu quand on est pourchassé par une meute de chiens affamés. Et si le chasseur s'octroie parfois des moments de pause, il n'est pas impossible qu'un ours vienne lui lécher le visage. Ce monde est redevenu sauvage et rien ne permet de baisser la garde. Quel est son nom ? Que s'est-il passé ? Les réponses viennent difficilement. Et il faudra la patience d'un lecteur happé par cette histoire pour découvrir le fin mot de l'histoire.

Winshluss nous promène d'une émotion à une autre, avec en premier lieu, la sympathie qu'on éprouve pour ce qui semble être le dernier survivant de la planète. Une sympathie qui va devenir de moins en moins évidente à mesure qu'on découvre la vraie nature du personnage.

Un fantastique récit d'un auteur qui ne manque d'un certain humour noir.


La couverture de l'album - © Gallimard-BD 2021.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse