8/10Gallimard : Culottées

/ Critique - écrit par plienard, le 19/10/2016
Notre verdict : 8/10 - une série a marquer à la culotte

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Premier tome d'un diptyque sur des femmes exceptionnelles par une artiste non-moins exceptionnelle.

Après nous avoir raconté l'histoire d'Ellen Cohen, la chanteuse du groupe The Mamas & the Papas, Pénélope Bagieu revient pour notre plus grand bonheur avec 15 nouvelles femmes, héroïnes historiques, de celles qui ont pris en main leur existence, contre les interdits ou les conventions. Des femmes exceptionnelles, dont on découvre le nom pour certaines (pour pas dire la plupart dans mon cas), mais surtout dont on découvre l’existence au-delà des clichés dont on pourrait être pourvu (surtout si on est un homme). Cet album constitue la réunion des portraits parus dans un blog sur le site du Monde.fr.


©Gallimard édition 2016.

On aurait pu craindre que le livre ne soit qu’une tribune féministe contre la tyrannie masculine. Ce serait ne pas faire confiance au talent de l’auteure qui nous propose 15 portraits tous plus drôles les uns que les autres tout en faisant passer quelques messages. On y trouve d'ailleurs beaucoup de légèreté.

C’est une réelle découverte pour certaines d’entre elles : Clémentine Delait la femme à barbe égérie des poilus, Nzinga reine de l’Angola, Leymah Gbowee prix nobel de la paix 2011, Wu Zetian une impératrice chinoise, Annette Kellerman qui libéra la femme avec ses maillots de bain, Margaret Hamilton l’actrice terrifiante, Les sœurs au nom de code Las Maripolas qui se sont opposées au dictateur de la République Dominicaine, Josephina von Gorkum catholique amoureuse d’un protestant, l’apache Lozen qui combattit au côté de Geronimo, Delia Akeley qui fut exploratrice, Agnodice une gynécologue grecque, Giorgina Reid qui réinventa la protection du littoral ou Christine Jorgensen qui fut un homme. Mais aussi des femmes plus connues comme Joséphine Baker qui ne fut pas seulement une danseuse de cabaret ou Tove Jansson créatrice des Moomins, des trolls à l'aspect de petits hippopotames blancs qui ont eu droit à une expo au festival d'Angoulême 2015.

On passe un agréable moment à découvrir la vie de ses femmes qui forcent l’admiration. Et on s’impatiente à découvrir le tome 2 prévu pour 2017. Si vraiment c'est intenable, vous pouvez toujours allez sur le blog du Monde.fr (ici).


La couverture de l'album - ©Gallimard édition 2016.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse