Gallimard BD : Le clan des Otori T1, La ferme des Petits pois T1

/ Critique - écrit par plienard, le 26/03/2021

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Du Japon médiéval à l'Amérique contemporaine.

La Ferme des petits pois - Tome 1 : La nouvelle vie de Jen - note : 7/10

Lucy Knisley est l'autrice de ce récit autobiographique prévue en trois tomes aux éditions Gallimard-BD. Lauréate du Harvey award pour Kids gloves (Neuf mois et toi, chez Casterman), best-sellers du New-York Times, elle raconte l'histoire d'une jeune fille passionnée de dessins, qui doit suivre sa mère et son nouveau compagnon dans leur nouvelle vie : la gestion d'une ferme. Elle hérite de l'entretien des poules : nettoyage, nourriture, ramassage des œufs seront les tâches qui lui seront affectées, mais qu'elle pourra partager avec ses deux nouvelles soeurs le week-end.


© Gallimard-BD 2021.

 

Les thèmes classiques de la nouvelle vie et de la famille recomposée constituent le récit du premier tome de ce roman graphique. Un dessin simple, sans fioriture, nous plonge dans cette histoire convenue. Et pourtant le charme opère grâce justement à cette simplicité dans le récit et l'illustration. L'autrice développe bien son personnages de Jen. Une fille un peu rêveuse, qui subit la nouvelle vie de sa mère, ses nouvelles soeurs, son beau-père. Pas douée pour les calculs, contrairement à Andy (sademie-soeur), une sorte de jalousie va s'installer. Mais chacun à ses qualités. Et si l'une est douée en math, l'autre à un don pour le dessin et l'écriture.

 

Le clan des Otori - Tome 1 : Le silence du rossignol - note : 6/10

Le scénariste Stéphane Melchior et le dessinateur Benjamin Bachelier - les auteurs du Gatsby le magnifique - adaptent l'oeuvre de Lian Hearn en bande dessinée. Une fresque sur le Japon médiéval prenante qu'on a du mal à refermer avant la fin.


© Gallimard-BD 2021.

 

Le sire Shigeru, chef du clan Otori, croise un jeune homme, Takeo, en train de fuir les hommes du clan Tohan. Il lui vient en aide, pas uniquement parce qu'ils sont d'un clan ennemi, mais aussi parce que Takeo a quelque-chose de particulier. Il va alors l'adopter.

Si le dessin est loin d'être parfait, il fait par contre largement son office en nous plongeant dans ce Japon médiéval avec ses traditions et ses croyances. Le don de Takeo lui offre de nombreuses possibilités mais les utilisera-t-il pour se venger ?

Un mystère entretient le suspens sur le pourquoi de la sympathie de Shigeru pour Takeo. Et quel est ce don d'invisible ?

 


Les couvertures des 2 albums - © Gallimard-BD 2021.

 

 

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse