8/10Holmes (1854 - 1891 ?) - Livre V : Le frère aîné

/ Critique - écrit par plienard, le 04/12/2019
Notre verdict : 8/10 - élémentaire ! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Le mythe de Holmes revu et corrigé par Luc Brunschwig et un dessin et des couleurs superbes de Cécil entame son cinquième livre. On suit le récit de l'ancienne nourrice du célèbre détective et ses révélations sur son frère ainé, Mycroft.


© Futuropolis 2019.

 Le jeune Mycroft est un surdoué de la déduction. Et quand sa mère disparaît fréquemment sans lui expliquer où elle se rend et ce qu'elle fait, cela excite sa curiosité. Il met alors toutes ses qualités en action pour découvrir ce que cache sa mère : ses rencontres avec un mystérieux homme, fumant le cigare, dans une maison froide, dans un quartier de Londres en travaux.

Si une bonne partie de l'album se concentre sur le frère aîné et ses compétences qu'on attribue habituellement plus facilement à son frère Sherlock, on découvre par la suite le plan mis en place par sa mère et son fils.

On y découvre des thématiques dans l'air du temps et que notre société ne renieraient pas, même si les moyens de les mettre en place sont discutables.

C'est une vision tout à fait originale que nous propose Luc Brunschwig, dans laquelle on retrouve des thèmes qu'il a déjà développés dans Le pouvoir des innnocents, ou Urban. Quant aux dessins de Cécil, on a envie de s'exclamer : Chapeau bas ! Réaliste, détaillé, il offre  une ambiance oppressante où chacun cache quelque chose.

 


© Futuropolis 2019.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse