Futuropolis : Le pouvoir des innocents (cycle II) T4, nuages et pluie

/ Critique - écrit par plienard, le 30/05/2016

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Pendant que certains nous interrogent sur l’évolution de la société américaine et ses excès, d’autres nous emmènent dans les contes de la sensualité asiatique.

Le pouvoir des innocents (cycle II – Car l’enfer est ici) – Tome 4 : 2 visions pour un pays – note : 7/10

Pendant qu’une nouvelle ère de faire de la politique est lancée par la nouvelle maire de NY city, Meredith Bambrick, une frange blanche et raciste en profite pour dénigrer son projet en cachette.

Joshua Logan s’est caché dans un casier suite à l’émeute dans la prison de Rickers Island pour échapper aux autres détenus noirs. Mais la maire de NY city et le gouverneur Lou Lac Arthur réussissent à apaiser les tensions en responsabilisant les insurgés. Pourtant, Logan devient, sans le savoir, le porte-étendard d’une frange blanche de la société, en détournant ses propos et ses réflexions.


©Futuropolis 2016.

Le polar de Luc Brunschwig, Laurent Hirn et David Nouhaud n’a rien d’évident mais fleure bon l’intelligence dans son propos. Il peut aussi apparaître comme une bande dessinée d’anticipation si un personnage comme Donald Trump réussit à gagner la maison blanche. Et si c’est la société américaine et ses excès qui sont ici décrits, il ne faut pas être dupe : nous sommes aussi concernés.

Les fans de la première heure retrouveront les personnages qui les intéressent et pour les autres, il deviendra vite évident que le cycle précédent et ses albums manquent cruellement pour la compréhension des différents événements. De deux choses l’une : soit ils rattrapent leurs lacunes, soit ils laissent tomber. Ce qui serait dommage.

 

Cette série, démarrée en 1992 chez Delcourt, et qui se décompose en 3 cycles, dont le cycle II et III sont en cours chez Futuropolis : Le Pouvoir des innocents (cycle I et 5 albums), Car l’enfer est ici (cycle II et 4 albums) et Les Enfants de Jessica (cycle III et 2 albums).

 

Nuages et pluie – note : 6/10

Philippe Dupuy et Loo Hui Phang se retrouvent une nouvelle fois – la cinquième – après Les Enfants pâles, Une Election américaine et l’Art du chevalement chez Futuropolis.


©Futuropolis 2016.

Un récit extrêmement sensuel, où l’Allemand Werner tente de retrouver un peu de goût à la vie. Ayant échappé miraculeusement à la mort durant la première guerre mondiale après avoir reçu une balle qui a traversé et tué son ami Georg. Sauf que Georg n’aurait jamais dû recevoir cette balle s’il avait été moins tête brûlée et moins inconscient. Le voilà maintenant en Indochine, rejeté par tout le monde, à trainer son mal-être. Et il se retrouve, un peu par hasard, devant une immense propriété tenue par des chinois richissimes. Une légende raconte que des monstres s’y cachent. Werner va, lui, y trouver l’amour.

Avec son trait ondulant, Loo Hui Phang donne à ce conte asiatique une atmosphère paresseuse et une moiteur dans lesquelles le personnage semble subir son sort. Philippe Dupuy signe un ouvrage avec un titre énigmatique pour les non-initiés à la culture érotique asiatique et symbolisant aussi l’union du ciel et de la terre, le Yang et le Yin.


Les couvertures des 2 albums - ©Futuropolis 2016.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse