Futuropolis : L'ours est un écrivain comme les autres, Seconde partie de carrière

/ Critique - écrit par plienard, le 30/10/2019

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

L'ours est un écrivain comme les autres - note : 7,5/10

Alain Kokor est un auteur à part dans le monde de la bande dessinée. Son sens de l'écriture, ses histoires font de lui une sorte de poète de la bande dessinée. Un statut qu'il ne revendique pas forcément mais qui définit bien ses derniers albums (Alexandrin où l'art de faire des vers à pied, Au-delà des mers, Suppléments d'âme …).


© Futuropolis 2019.

 Dans ce livre, ce n'est pas forcément le poète qu'on retient mais l'auteur aux histoires originales et décalées, même si, ici, il adapte le roman de William Kotzwinkle, l'Ours est un écrivain comme les autres.

Arthur Bramhall est professeur mais s'est retiré à la campagne pour écrire son livre. Et alors qu'il vient de terminer d'écrire la dernière page de son chef-d'œuvre, l'incendie de sa maison met en cendres son rêve. Il décide cependant de se remettre à l'écrire et cette fois, il enferme le précieux manuscrit dans une mallette qu'il enterre au pied d'un arbre "protecteur". Mais ce qu'il n'a pas remarqué, c'est qu'un mystérieux personnage observe son drôle de manège. Un ours qui, par association d'idées, va tirer partie de cet étrange "trésor".

Une histoire iconoclaste dont le sujet, aussi impossible qu'il soit, nous emmène à suivre l'ascension d'un ours qui a "quelque chose d'Hemingway". Une satire du monde littéraire, drôle et piquante, et qui parvient à nous convaincre que n'importe quel ours peut devenir un écrivain. De là à dire que tous les écrivains sont des ours !

 

Seconde partie de carrière - note : 7/10

Que faire quand on est une femme flic et que vous soupçonnez votre mère, malade d'une sclérose en plaque, d'être l'instigatrice d'un hold-up qui fait la une du journal. C'est le dilemme qui se pose à Camille qui postule en même temps pour l'examen de commissaire.


© Futuropolis 2019.

 Une comédie de Jean-Philippe Peyraud et Philippe Perré avec des personnages au pedigree étonnant. Les situations sont iconoclastes et apportent leur lot d'humour. Le côté stressé et toujours dépassé de Camille tranche avec le sang-froid médical de sa mère et c'est assez jouissif.

Et comment ne pas être convaincu par l'entrée en matière de cet album ? Avec cette scène de vol organisé avec un bus de mamies atteintes d'Alzheimer qui débarquent comme un nid de sauterelles dans un champ de blé.

Bourrée d'humour et d'un dessin énergique, cette bande dessinée va vous montrer le troisième âge sous un jour nouveau. Réconfortant et drôle.

 


Les couvertures des 2 albums - © Futuropolis 2019.

 

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse