Futuropolis : La mémoire dans les poches T3, Une vie T3, Urban Y4

/ Critique - écrit par plienard, le 17/07/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Qui a dit que Futuropolis ne faisait que des albums élitistes en one-short ? Ces trois séries vous prouvent le contraire.

La mémoire dans les poches - Tome 3 : Troisième partie - note : 8/10

Il aura fallu près de huit ans d'attente pour avoir le plaisir de découvrir le troisième et dernier album de La mémoire dans les poches de Luc Brunschwig, aux éditions Futuropolis. Une attente dans doute infernale pour les fans de cette histoire très personnelle du scénariste.


© Futuropolis 2017.

 
Si le talent de l'homme est indéniable pour raconter des histoires de personnages imaginaires mythiques (Holmes, XIII mystery tome 11, Bob Morane) aux caractères et à la psychologie complexes, ou des sociétés torturées et sous l'emprise de machination (Le pouvoir des innocents, Urban), il montre ici une histoire plus personnelle dont elle était sans doute plus difficile à accoucher.
L'émotion y est donc plus présente, mais n'empêche pas d'h retrouver les tjèmes forts de l'auteur (personnages complexes, vérités et mensonges, racisme). Le dessin d'Étienne Le Roux, qui dessine aussi l'actuelle série 14-18 chez Delcourt, offre une belle partie à cette fresque émouvante de la recherche de la vérité par un fils sur son père.
Laurent est le fils de Sidoine et Rosalie Letignal. C'est en tout cas ce qu'il croyait car il va découvrir que le vrai nom de son père est Isaac Cahen et que Sidoine et Isaac sont une seule et même personne.
Ce troisième tome apporte les dernières vérités sur cette étrange vie entre flash-back et actualité des révélations et nous amène à mieux compendre le personnage de Sidoine/Isaac.
Une série émouvante dont il convient peut-être de connaitre les deux premiers tomes. Cet album peut se découvrir seul mais il faudra au nouveau lecteur un peu plus de temps pour l'apprécier.

 

Une vie - Tome 3 : mars 1925 - avril 1928, a chinese year - note : 7,5/10

On a maintenant passé le temps de la scolarité à Eton et on retrouve Dover W Smith a bien évolué. Il est maintenant dn Chine, à Shanghai plus exactement, où il travaille pour la BAT (British-American Tobacco Co). Le contexte politique est plutôt tendu mais Dover profite de la ville et de ses plaisirs du jeu. Le souvenir douloureux de Julia le hante toujours.


© Futuropolis 2017.

 

C'est une drôle de vie que Christian Perrisin, sur des dessins de Guillaume Martinez, adapte ici. Winston Smith semble vivre au jour le jour, se laissant entrainer par les événements, saisissant de-ci de-là les propositions qui s'affrent à lui sans réellement être acteur de sa vie. Il subit son existence mais retombe toujours sur ses pattes. Il vit pourtant des expériences extraordinaires, comme son aventure en chine intérieure alors que la révolution communiste est en marche. Mais c'est sans grande péripétie, le personnage est plutôt quelqu'un de discret. Il donne parfois l'impression d'être un usurpateur, un imposteur, de vivre la vie d'un autre. Et malgré le manque flagrant d'action, on reste accroché à ce récit d'une vie quand même pas banale.

 


Urban -Tome 4 : Enquête immobile - note : 8,5/10

C'est l'avant-dernier épisode d'Urban, uen série chez les éditions Futuropolis. L'histoire proposée par Luc Brunschwig et dessinée par Roberto Ricci est une série d'anticipation qui apparait de plus en plus élausible au regard des avancées technologiques que nous subissons actuellement.


© Futuropolis 2017.

 
Monplaisir est le plus grand parc d'attraction mondial. Tout y est possible avec une certaine philosophie, le plaisir. Créé par le génial, mais néanmoins mégalomane, Springy Fool grâce à son invention, A.L.I.C.E. (Analysing and Learning Intelligence Communitarian ans Evolutionary), ce parc est le lieu de tous les excès, une sorte de Las Vegas 3.0. Chacun vient prendre un peu de bon temps dans une société particulièrement glauque.
Mais la réalité frappe soudainement à la porte de Monplaisir lorsqu'un attentat provoque la mort de milliers de personnes. ALICE est alors en charge de retrouver les coupables par Springy fool. Tout étant sous vidéo surveillance, rien de olus simple et un exemple est fait aux yeux de tous. Mais la réalité est parfois plus complexe qu'on ne l'imagine. Une réalité qu'ALICE ne veut pas admettre ?
Cette série fait à la fois rêver et froid dans le dos. Si le créateur du parc, springy, dévoile quelques côtés touchants dans son rapport difficile avec les femmes, son sentiment de pouvoir, presque dictatorial en fait aussi un être repoussant. La complexité du personnage prend ici tout son sens avec la découverte de son passé, de la création du parc à sa relation amoureuse avec la mère du terroriste.
Roberto Ricci affre un nouveau tome parfaitement attirant, ne faisant pas l'économie de la violence et de l'érotisme. Derrière la face joyeuse du parc se cache une société vérolée et une direction au fonctionnement inhumain. La critique d'une société future, vraiment ?


Les couvertures des 3 albums - © Futuropolis 2017.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse