8/10Futuropolis : La delicatesse

/ Critique - écrit par plienard, le 17/12/2016
Notre verdict : 8/10 - Delicate essence !

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Une adaptation toute en délicatesse !

C’est une nouvelle vie pour le roman de David Foenkinos, La délicatesse, que Cyril Bonin propose ici. L’auteur de bande dessinée nous avait déjà enchanté sur sa version de la maladie d’amour avec Amorostasia (deux albums chez Futuropolis, T1 et 2).


© Futuropolis 2016.

Il est ici encore question d’amour que l’auteur traite avec sa « délicatesse » habituelle. Une histoire qui pouvait démarrer tristement : Nathalie est folle amoureuse de François. Ils sont tous les deux les faces d’une même pièce. Mais François va disparaître tragiquement laissant Nathalie à jamais avec son amour figé. Elle se plonge totalement dans le travail, devenant hermétique à n’importe quel homme. Il y en a un pourtant qui va réussir à la surprendre.

La délicatesse, c’est un livre, un film et maintenant une bande dessinée. Une belle histoire que le dessin élégant de Cyril Bonin met en valeur. C’est un poil cinématographique, mais il ya une réelle évidence dans les sentiments exprimées. Il y a de la tendresse, de la vérité – personne ne se ment et si certains cachent leurs sentiments, ils finissent par les exprimer –, de l’intelligence – les personnages se comprennent et acceptent les sentiments des autres – et de l’humour – le repas entre Charles et Markus est à mourir de rire –.

Un album qui donne envie d’être amoureux ou de continuer à l’être.


la couverture de l'album - © Futuropolis 2016.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse