8/10Poussin Bleu - Tome 2 - Chacun pour son Dieu!

/ Critique - écrit par Maixent, le 12/06/2019
Notre verdict : 8/10 - Ultimate Free Fight (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Toujours plus épique!

Suite des aventures de Poussin Bleu avec des réponses (parfois), aux questions que tout le monde se pose. Quel champion va gagner le tournoi ? Une dragonne peut-elle être amoureuse ? Poussin Bleu va t’il enfin posséder une armure d’or ? Combien de pommes rentrent dans un cochon vivant ? L’achèvement d’un premier cycle. La naissance d’un héros…


Fight

 

Toujours avec cet humour absurde et des retournements de situation improbables, Monsieur Le Chien nous régale avec ce personnage foncièrement gentil, accompagné de Sagace qui amène aussi un foisonnement de situations burlesques. Ce qui en ressort c’est bien le bordel organisé de ces nombreux personnages. Attention, Sagace n’est pas un personnage, c’est une femme très bien. Le tome un était un tome d’exposition, présentant la quête, les Dieux rouges, leurs héros respectifs, mais aussi d’autres ; adjuvants, opposants ou simples figurants dans un monde médiéviste. Et ce qui est remarquable, c’est que l’on ne s’y perd pas du tout. On s’attache à tous et chacun est traité avec talent et profondeur. Les auteurs se permettent même de rajouter encore des protagonistes dans ce nouvel album comme l’ogre. Peut-être est ce une extrapolation mais d’ailleurs, avec ses lunettes, sa marinière, son goût pour les enfants et ses cheveux longs, il rappelle vaguement un autre auteur de bandes dessinées
L'ogre

 

On suit donc les héros sur leur route vers l’arène et le combat final. Certains d’ailleurs n’y arriveront jamais, confrontés à un parcours semé d’embuches, de vaches folles carnivores ou encore de créatures polymorphes pouvant prendre la forme de tous les fantasmes. Inutile de dévoiler la fin et le grand champion car ici, c’est surtout le voyage qui importe et les rapports entre les êtres. Ce qu’il faut surtout retenir c’est ce pastiche réussi d’heroïc fantasy, avec des combats aussi ridicules qu’épiques et une exagération constante des situations qui produit cet humour si particulier, truculent, parfois cruel et toujours décalé.

Au final, un album dans la continuité direct du premier qui se lit avec un plaisir toujours intense.

Bon… Et la dragonne n’a que peu été évoquée… Mais c’est sans doute car trop troublante… 
Love...

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse