Dupuis : Les Zindics anonymes T1, Les Nymphéas noirs, Air américa T1

/ Critique - écrit par plienard, le 08/03/2019

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Une des meilleures adaptations de roman en BD qui soit, de nouveaux et jeunes détectives et une bonne BD d'aviation.

Les nymphéas noirs - note : 8,5/10

Les adaptations de roman en bande dessinée, c'est un peu comme l'adaptation d'une BD en dessin animé, on est souvent déçu du résultat, surtout si vous avez lu l'original avant. Alors quand la collection Aire libre annonce l'adaptation d'un roman de Michel Bussi, on est en droit de douter du succès du projet. Mais il faut une exception à tout et il faut bien avouer que Nymphéas noirs peut-être de celle-là.


© Dupuis 2019.

 Le corps d'un homme est retrouvé au bord de la rivière passant près de la ville de Giverny. La police peine à trouver un mobile et un coupable. Mais l'inspecteur Sérénac en est persuadé, c'est Jacques Dupain, le mari de l'institutrice. Mais le policier semble sous le charme de l'enseignante et on peut douter de son objectivité. Et alors que tout semble ramener à un autre meurtre d'un gamin de 11 ans, quelques années plus tôt.

C'est un récit passionnant dans lequel nous emmène Didier Cassegrain et Fred Duval dans cette adaptation du roman éponyme de Michel Bussi. Ceux qui connaissent déjà le dénouement perdront sans doute une partie de l'intérêt de la fin, mais ils pourront découvrir toute la magie du dessin de Didier Cassegrain et l'originalité de l'adaptation. On ne peut évidemment pas trop en dire pour ne pas "spoiler" la fin, même si quelques pages avant de fermer ce livre, tout semble apparaître comme une évidence.

Les dessins à l'aquarelle pour ce livre sont, eux aussi, une évidence pour traiter d'un roman mettant en scène la ville de Giverny et les tableaux de Monet. Une plongé dans le monde de l'art et de la peinture par le prisme du roman policier superbement rendu par Didier Cassegrain.

 

Les Zindics anonymes - Tome 1 : Mission 1 - note : 7/10

Tom est le fils d'un capitaine de police judiciaire. C'est dire s'il ne le voit pas souvent et lorsqu'une sortie au cinéma est prévue, il n'est pas rare qu'elle soit annulée au dernier moment pour un dossier urgent à étudier à la maison. Et c'est justement alors que son père a ramené un dossier sur un gang de cambrioleur insaisissable que Tom tombe par hasard sur une photo. Il y reconnaît un ancien pion de son école et qui l'avait injustement accusé ce qui lui avait valu des heures de colle. C'est l'occasion pour Tom de régler quelques comptes.

C'est le premier tome d'une bande dessinée bien sympathique aux éditions Dupuis pour Carbone et Christ James. La première est professeur des écoles et a récemment signé La boite à musique. Le second est un autodidacte du dessin et après deux albums chez des éditeurs indépendants, Freddy Marteau et Synchronicity, archive 1 : le protocole Wayne, il signe ce premier tome chez Dupuis avec un style personnel qui ne fait pas croire qu'on a affaire à un débutant.

 

Air America - Tome 1 : Sur la piste de Ho Chi Minh - note : 6,5/10

Air america est une nouvelle série des éditions Zéphyr. Je ne vous étonnerais donc pas si je vous fais l'article sur la qualité des séquences d'aviation qui sont toujours un régal et une marque de fabrique de la maison d'édition. c'est signé par le dessinateur Julien Lepelletier qui a à son actif les couvertures des albums de Mission Osirak (deux tomes chez Dargaud) et est aux pinceaux sur Air Forces-Vietnam (quatre tomes chez Zéphyr) sous le pseudo Cash J.L.

Et si le dessinateur est visiblement plus à l'aise avec les machines volantes qu'avec les personnages, l'album n'en souffre pourtant pas et remporte notre adhésion. On nous en met plein la vue et le récit de Buendia et Wallace amène à réfléchir sur l'action américaine au Vietnam, à l'époque.

Peter Hopper ne supporte plus de bombarder les populations civiles au nom de la démocratie et quitte l'US Air Force en claquant la porte. Il part au Laos ruminer sa colère où une ancienne connaissance lui propose d'aider les populations locales en leur livrant des colis mais en travaillant dorénavant pour la CIA.

Bob Jansen est un ancien collègue de Peter et reste fidèle à l'armée. Ses états de service font de lui une star de l'US air force et l'état-major veut en faire une idole américaine via la presse. Mais la correspondante de guerre va ouvrir les yeux de Bob sur la grande muette et la mort suspecte d'un magasinier.

Une bonne BD de genre qui revient sur la guerre du Vietnam et les coups fourrés de la CIA. Deux personnages à priori que tout oppose dans la conception du devoir mais qui ont le même sens de l'honneur. Ils devraient se retrouver sur ce point. À suivre, et pas seulement pour les scènes d'avions. 

 


Les couverturs des 3 albums - © Dupuis 2019 © Zéphyr2019.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse