Dupuis : Wild West T1, Django main de feu

/ Critique - écrit par plienard, le 17/02/2020

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Deux célébrités mises à l'honneur chez Dupuis

Wild west - Tome 1 : Calamity Jane - note : 7,5/10

C'est une toute nouvelle collection qui démarre aux éditions Dupuis, consacrée à L'Ouest sauvage. Ce n'est pas sans rappeler une collection du même genre aux éditions Soleil, dont le premier tome, Wyatt Earp est paru en Novembre 2019. L'offre se fait donc de plus en plus prolifique sur ce thème, et les éditions Dupuis s'offrent les services d'un scénariste chevronné dans les récits historiques avec Thierry Gloris puisqu'on lui doit quelques albums des Reines de sang (Cléopâtre et Isabelle, chez Delcourt). Et il reste avec la gente féminine puisque pour le premier tome de Wild West, il va nous raconter l'histoire de Martha Cannary. Quel est ce drôle d'oiseau ? me demanderez-vous. C'est tout simplement le vrai nom de Calamity Jane ! Mais pour être franchement honnête, cet album ne nous raconte pas Calamity Jane, mais comment elle est devenue celle qu'on connaît sous ce nom. De la fille douce et travailleuse, mais trahie et violée, son envie de liberté et de vengeance va la pousser à devenir celle qu'elle n'aurait jamais dû être.


© Dupuis 2020.

 Pour mettre en dessin cette transformation, c'est un québécois, Jacques Lamontagne, qui attaque d'emblée avec une première case de décor iconique qui nous met dans l'ambiance de l'Ouest mais qui va vite se transformer revenir à une réalité plus cruelle et violente. Un dessin réaliste et détaillé, parfois crû mais exprimé clairement l'ambiance violente et virile de cette vie. Mais c'est belle et bien une femme qui va émerger de cet enfer.

 

La jeunesse de Django Reinhardt - note : 8/10

Il n'est pas nécessaire d'être musicien et d'être fan de guitare pour connaitre le nom de Django Reinhardt. En effet, ce virtuose de la guitare et inventeur du jazz manouche, est un peu l'équivalent de Mozart à la musique classique. La comparaison est élogieuse mais elle n'est pas usurpée. Et lorsque vous aurez lu l'album de Salva Rubio et Efa dans la belle collection Aire libre des éditions Dupuis, vous en serez totalement convaincu.


© Dupuis 2020.

 Ils nous propose de découvrir la jeunesse de cette légende. Django est né deux fois. Une première fois, en Belgique, le 23 janvier 1910, avant de passer son enfance dans la banlieue parisienne. Gamin turbulent, effronté, impertinent, il n'en fait qu'à sa tête et ne veut qu'une chose : jouer du banjo. Et lorsque sa mère lui en offre un pour la première fois, il change totalement d'attitude. À deux doigts de tomber dans la délinquance, le voila à gratter sa guitare sans cesse et à montrer un talent que personne ne soupçonné jusqu'au drame. Un feu qui viendra lui brûler les mains et mettre fin à son rêve de jouer. Mais c'est sans compter sur son entêtement et surtout sa passion qui va lui permettre de réussir l'impossible. Un superbe album avec de belles couleurs, ce livre rend hommage au musicien et nous livre les débuts de la légende, celle qu'on ne connait pas forcément. Si le personnage est parfois irritant, on lui pardonne presque tout tant on sent la passion qui l'habite. C'est la réussite des deux auteurs d'avoir réussi cet exploit.  

 


© Dupuis 2020.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse