Dupuis : Fondation Z, Gisèle et Béatrice, Seuls T11

/ Critique - écrit par plienard, le 22/06/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Un souffle de renouveau (avec du vieux) s'est abattu sur les éditions Dupuis. La série Le Spirou de .. est un bonheur sans cesse renouvelé. Seuls continue de revisiter la bande dessinée jeunesse. Et un récit très polisson est réédité.

Le Spirou de … - Tome 13 : Fondation Z - note : 8/10

La collection Le Spirou de ... permet à différents auteurs de jouer avec le personnage emblématique des éditions Dupuis sans en avoir les contraintes.


© Dupuis 2018.

 Pour l'heure, il faut bien l'avouer, les auteurs qui s'y sont essayés ont fait preuve d'un certain académisme en jouant sur l'historique et le passé de la série sans réellement revoir le rôle des personnages.

Ici Fabrice Lebeault (au dessin) et Denis-Pierre Filippi (au scénario) réinvente complètement les codes de la série Spirou en redistribuant les rôles dans un futur d'une beauté esthétique incroyable, entre "Art nouveau" et "steampunk". Imaginez Spirou et Seccotine, frère et sœur, Champignac leur grand-père et Fantasio un agent secret furtif. Il restera Zorglub et Zantafio dans un classicisme habituel puisqu'il travaille pour la mystérieuse organisation Z.

Spirou est un simple agent administratif qui rêve de devenir agent furtif. Il utilise d'ailleurs ses droits d'accès pour enquêter secrètement sur la Fondation Z. De son côté, Seccotine est en pleine rébellion au grand dam de ses parents. Engagée dans la rébellion et la clandestinité, elle va dérober le badge de son frère pour s'infiltrer dans les comptes informatiques de l'organisation au risque de dévoiler les recherches de son frère.

Un point de vue original de l'univers de Spirou, un dessin magnifique, cet album est à la fois iconoclaste et respectueux. Les auteurs cassent les fondations pour mieux reconstruire. Cela va déstabiliser les puristes et les traditionalistes. Mais une fois n'est pas coutume.

 

Béatrice et Gisèle - note : 8,5/10

Il n'est pas coutume que je vous parle de BD érotique, notre ami Maixent s'en chargeant bien mieux que moi. Il n'est pas coutume non plus que les éditions Dupuis vous proposent un album coquin et osé. C'est pourtant chose faite depuis 2003, et à l'occasion des 20 ans de la collection Aire Libre, les éditions Dupuis rééditent cet album dans un format différent et avec un cahier graphique de 10 pages.


© Dupuis 2018.

 Béatrice fait de nombreux efforts pour son boulot, mais comme de nombreuses femmes, la récompense n'est pas au rendez-vous. Son patron est un macho éhonté et n'hésite plis à la harceler sexuellement. Voyant fuir l'avancement qu'elle espérait, Gisèle franchit le pas. Elle va accepter les avances de son boss qui va vite déchanté.

S'il est vrai que l'album présente quelques scènes et quelques dialogues un peu crûs, le qualifier d'érotique serait exagérer et surtout réducteur. Car, bien qu'explicite, le récit n'est pas consacré à raconter une relation sexuelle, mais à mettre le doigt là ou ça fait mal (sans vouloir faire de mauvais jeu de mot) : critique sur les relations homme-femme au travail, sur le machisme, le harcèlement, l'exploitation des femmes et la fraternité congénitale des hommes.

Tout passe avec une certaine douceur bien que les rapports soient parfois conflictuels. Enfin, le côté "surnaturel" de la transformation de Gisèle et les portraits des voisins de Béatrice amènent cette note d'humour qui désacralise l'érotisme du récit. On est bien dans une BD digne de la collection Aire Libre : engagée !

 

Seuls - Tome 11 : Les cloueurs de nuit - note : 8,5/10

Commencé depuis le tome 10, le troisième cycle de la série événement de Fabien Vehlmann et Bruno Gazzotti, Seuls, recommence à nous faire vibrer d'effroi. Camille est devenue l'Enfant-Minuit, l'élue des enfants du mal et tout le groupe est maintenant dispersé. Leïla est entre les mains de Saul et de la sixième famille. Yvan est en Bretagne, mais les enfants zombies sont envoyés par Camille pour le ramener dans les Terres Basses. Terry et le maître des couteaux sont au milieu de la forêt. Et Dodji est toujours emprisonné par le Maître-Fou.


© Dupuis 2018.

 Ce onzième tome tourne spécifiquement autour d'Yvan qui fait tout pour échapper aux enfants zombis et à Camille. Vous pouvez vous préparer à quelques surprises effrayantes qui donnent du piment à l'intrigue. Une tension particulièrement pesante se fait sentir. On sent que le dénouement est proche et que tout le monde se prépare à l'affrontement inévitable.

 


Les couvertures des 3 albums - © Dupuis 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse