7.5/10Le Spirou de ... Christian Durieux - Pacific palace

/ Critique - écrit par plienard, le 14/01/2021
Notre verdict : 7.5/10 - Spirou et Fantasio, des gens honnêtes... (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Christian Durieux est de dessinateur de la série Les gens honnêtes chez Aire Libre. Il revient, ici, en tant qu'auteur complet, pour un one-shot sur "son" Spirou.

Après des auteurs comme Frank Le Gall, Frank Pé, Émile Bravo, Schwartz et Yann, Benoît Feroumont, Tehem, Makyo et Toldac, et bien d'autres, Christian Durieux a l'occasion de présenter un Spirou tout à fait personnel, à mi-chemin entre les versions historiques d'Émile Bravo (Le journal d'un ingénu) et celle de Yves Sente et Laurent Verron (Il s'appelait P'tirou).


© Dupuis 2021.

 

Spirou est groom au Pacific palace, un luxueux établissement français. Il y a fait entrer son ami Fantasio qui a perdu son travail de journaliste. Mais celui-ci le lui rend bien mal en prenant à la légère le travail de groom. D'autant que l'effectif a été drastiquement réduit. L'arrivée du dictateur en fuite, Iliex Korda, a obligé le directeur à réduire le personnel au strict minimum pour gérer l'hôtel réquisitionné. Spirou a donc peu de temps à lui, entre son travail, comprendre les ressorts politiques qui se jouent, gérer son ami et tomber amoureux de la fille du tyran.

Cela fait déjà quelques temps que le tabou de la femme qui vient séduire le héros est tombé dans la série Spirou. On peut même le dater du tome 46 de la série officielle par Tome et Janry (La machine qui rêve). Cela permet de donner à ce personnage parfois un peu lisse, un peu plus de profondeur, car le voilà soumis aux affres des sentiments amoureux. Mais on ne peut pas réduire cet album à une relation amoureuse entre notre héros préféré et une belle jeune femme au regard pur. Une intrigue politique se dessine avec un dictateur en pourparlers avec les autorités et le directeur de l'établissement qui cache quelques secrets. Cela a-t-il un lien avec le dictateur ?

Un huis clos parfaitement dessiné, dans une atmosphère hynoptique et qui installe une certaine tension avec un Fantasio qui a le don pour énerver tout le monde. Une question pourtant se pose : était-il forcément nécessaire de situer les évènements en France ? ce qui n'apporte rien de plus à l'intrigue.

Et pour s'imprégner de l'ambiance, "Pacific Palace est aussi le cadre d’une collaboration avec Mark Daumail et le groupe de pop/folk français Cocoon, de laquelle émergent deux titres dans l’univers de l’album : Blue Night et Sweet Lena. Ils sont regroupés dans un EP portant également le titre Pacific Palace, pour lequel Christian Durieux a réalisé la pochette ainsi qu’un clip illustré" (lien).

 


© Dupuis 2021.

 

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse