Dupuis : Raowl T2, A coeur ouvert

/ Critique - écrit par plienard, le 11/02/2021

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Raowl - Tome 2 : Peau d'âne, la princesse qui pue - note : 8/10

Quand Tebo fait un album de bande dessinée, on ne s'attend pas avoir de la finesse ou de l'élégance. Bien au contraire. C'est même sa première qualité et ce qu'on recherche dans ses albums. Un côté irrévérencieux, de l'humour simple, des textes idiots. Et c'est malgré tout un talent de savoir faire cela.


© Dupuis 2021.

 

Ce tome 2 de Raowl, aux éditions Dupuis, est dans cette veine. Ça respire le talent de Tebo qui revisite les contes à sa sauce. Ici, Peau d'âne en fait les frais, et le lecteur se bidonne. Raowl est toujours à la recherche d'une princesse à sauver. Mais Peau d'âne n'a pas vraiment cette qualité. Affublée d'une peau de bête qui lui donne une odeur épouvantable et bien que des chasseurs de primes soit à sa recherche, la jeune princesse est plutôt enclin à chercher la baston. Et c'est Raowl qui va avoir besoin d'aide. En échange et pour prouver qu'il sait aussi battre, il va l'aider contre sa future belle-mère qui veut faire prendre un bain à sa bru.

Tebo a une façon bien à lui de rendre hommage aux contes de notre enfance. On ne lui en veut pas tant que cela reste aussi talentueux.  Et si Charles Perrault se retourne dans sa tombe c'est bien parce qu'il aura pisser de rire.

 

A coeur ouvert - note : 6,5/10

On a parfois, voir même très souvent, des idées préconçues sur les auteurs. On a tendance à les ranger dans des cases. Nicolas Keramidas, c'est l'auteur à la casquette, faisant des bandes dessinées d'aventures avec un graphisme hérité de ses années travaillées au studio Walt Disney Animation de Montreuil. Il sera éternellement associé à Crisse et à sa série sur une amerindienne, Luuna, aux éditions Soleil.


© Dupuis 2021.

 

Jamais on aurait pu penser qu'il se lance dans le roman graphique autobiographique. Non pas qu'il n'en a pas le talent. Mais ce ne pouvait pas être son style! Alors qu'est-ce qu'il lui a pris ? Ou plutôt qu'a-t-il bien pu lui arrivé pour qu'il s'essaie à ce genre de BD ? Et pour en avoir le cœur net, lisons son album.

Et ça commence avec légèreté. Bébé, Nicolas a été opéré du coeur. Une cicatrice sur le thorax, qui sera à l'origine de nombreuses légendes auprès des copains, des filles, restera le témoignage de cet événement. Et puis ce sera des dizaines d'années sans problème, jusqu'à ce dimanche de janvier 2016, où une crise de tachycardie pendant un match de foot en salle sonne l'alerte.

Nicolas Keramidas nous raconte sa vie avec retenue mais aussi avec ce léger humour qu'on a déjà pu détecté dans ses albums. Mais il sait aussi trouvé la justesse entre légèreté et gravité. Il exprime ses sentiments et ceux de ses proches durant l'épreuve qu'il va devoir traverser. Les mots sont justes et parleront à tout ceux qui se sont retrouvés dans sa situation, que l'opération soit grave ou pas d'ailleurs.

Il se livre "à coeur ouvert" et montre qu'il n'a pas seulement une casquette sur la tête mais aussi un coeur.

 


Les couvertures des 2 albums - © Dupuis 2021.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse