Dupuis : Les mini-récits Schtroumpfs, Mélusine T26, Aubépine T1

/ Critique - écrit par plienard, le 06/07/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Les Schtroumpfs reviennent encore plus petits ; Mélusine est en plein drame familial ; et une nouvelle héroïne voit le jour.

Les mini-récits schtroumpfs - note : 8/10


© Dupuis.

 Peut-on réellement faire plus petit que les Schtroumpfs? C'est le pari (osé ?) des éditions Dupuis qui rééditent en petit format les aventures des petits êtres bleus. Un format d'origine pour six mini-récits qui voit le jour l'année de leur 60 ans. Un cadeau d'anniversaire en quelque sorte.

Ce format va permettre aux plus vieux d'entre nous de faire découvrir ce classique de la bande dessinée franco-belge aux jeunes génération. qui peut s'enorgueillir d'être un des rares succès BD au cinéma 

 

 

Mélusine - Tome 26 : En rose et noir - note : 7/10

Clarke aurait-il perdu le sens de l'humour? C'est en tout cas  ce qu'on pourrait croire à la lecture de ses derniers albums. Les récents Dilemma et Les Danois (aux éditions du Lombard) montrent un auteur sensible aux sujets de société et historique. Des albums aux thèmes qu'on peut qualifier de sérieux, en rapport aux albums humoristiques tels que Cosa nostra, Mister President ou Mélusine.


© Dupuis 2018.

 Pour cette dernière série, force est de constater que Clarke ne cherche plus à nous faire rire comme avant. On retrouve bien le caractère excessif et volcanique de la sorcière Mélusine où l'étourderie (qui confine à la bêtise) de Mélisande. Des réactions et des sentiments qui provoquent quelques cocasses et rigolotes. Et si, ici encore, l'humour a une bonne place, la vie de Mélusine va être chamboulée par un événement du type "moldu" ! Ses parents divorcent ! Et la jeune sorcière (qui n'a quand même plus 80 ans) veut comprendre pourquoi.

Après la disparition de Cancrelune, un nouveau choc arrive à notre héroïne. Mais le divorce de ses parents ne va pas être la seule surprise. Soyez bien assis car les révélations vont être surprenantes et pour ceux qui ont le sens de l'observation, quelques indices ont été semés par Clarke dès les premières pages.

 

Aubépine - Tome 1 : Le génie saligaud - note : 6/10

Aubépine est une jeune citadine qui est contrainte de suivre ses parents à la montagne, dans un "village de vieux". Sa mère va étudier la migration des "oiseaux géants" qui dévastent tout sur leur passage. Mais ce que ses parents n'ont pas encore osé lui dire, c'est qu'ils comptent s'installer définitivement. Pour  l'heure, la jeune fille s'ennuie ferme. Heureusement, elle va rencontrer une vieille dame avec ses chiens laineux et un génie au nom évocateur de … saligaud.


© Dupuis 2018.

 Thom Pico  et Karensac livrent un premier tome agréable qui ferait presque penser à Heidi. Mais c'est juste parce que c'est une petite fille dans la montagne avec un chien blanc. La comparaison s'arrêtera là. Pour le reste, le dessin (de Karensac) et l'humour déployé en font une bande dessinée actuelle, proche des codes du manga.

Un album teinté d'aventures et de mystères avec des sorcières et un génie  qui porte bien son nom. Demandez à Aubépine !


Les couvertures des 3 albums - © Dupuis 2018.

 

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse