Madeleine, Résistante - Tome 1 : La rose dégoupillée

/ Critique - écrit par plienard, le 01/10/2021

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Tags : madeleine riffaud morvan jean david resistante bertail

Après le Spirou d'Emile Bravo, on reste dans l'ambiance pesante de la seconde mondiale.

Madeleine Riffaud n'est pas encore majeure quand la seconde guerre mondiale éclate. Elle vit dans la Somme avec ses parents instituteurs et son grand-père. C'est alors l'exode sur les routes provoqué par le conflit, les morts innocents, et un vilain coup de pied dans le cul qui vont la persuader : elle va rejoindre la résistance. Et le viol par un collabo va définitivement la convaincre. Souffrant de tuberculose, elle va être envoyée dans un sanatorium dans les Alpes. Elle va y rencontrer celui qui lui permettra de mettre à exécution son projet malgré son jeune âge.


© Dupuis 2021.

 

Un récit incroyable d'une femme qui ne l'ai pas moins par Jean-David Morvan dont on sent qu'il a voulu garder l'exactitude des souvenirs de Rainer (le nom de résistance de Madeleine) sans romancer. Le récit s'en trouve un peu haché, mais on est au plus près de la vérité. Le dessin de Dominique Bertail est d'une qualité extraordinaire. Si son choix de faire tout l'album dans une ambiance bleue-grise donne beaucoup d'élégance, qui convient au ton du récit qui est de raconter des souvenirs sans fioritures, il laisse un côté froid, et peu de place à des rapports chaleureux.

On découvre le témoignage d'une femme ayant un sacré tempérament, dont le premier tome retrace le début d'un parcours incroyable et dont la suite sera à découvrir dans les deux prochains albums.

 


La couverture de l'album - © Dupuis 2021.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse