Dupuis : Little England T1, Tif et Tondu l'intégrale

/ Critique - écrit par plienard, le 07/04/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 5 minute(s) - laisser un commentaire

Tif et Tondu ont enfin une intégrale digne de ce nom et la collection Zéphyr propose une belle série avec un beau héros.

Little England - Tome 1 : Ruby - note : 7/10

La collection Zéphyr (anciennement les éditions Zéphyr) des éditions Dupuis offre de nombreux ouvrages sur le thème de la guerre et de l'aviation.


© Dupuis 2017.

 

Ce premier tome de la nouvelle série Little England ne déroge pas à la règle. Nous sommes à la veille de l'attaque de Pearl Harbor, dans la ville de Malmein ou "Petite Angleterre", en Birmanie où le jeune Jonathan, fils du commandant de la base aérienne, va sympathiser avec un aviateur américain qui loge chez eux. Il va lui faire visiter la ville en échange d'un baptème de l'air et tomber amoureux de la belle Ruby, une chanteuse birmane dans le club de nuit, le "Blue moon".

Sur un scénario de Jean-Claude Van Rijckeghem, Thomas Du Caju signe une belle partition avec un dessin qui respire la fraicheur et la simplicité, ce qui ne l'empêche pas d'être très précis et détaillé. Le style rappelle une précédente série du même duo, Bethy et Dodge (huit tomes chez BD Must). On y retrouve action et amour avec une pointe d'espionnage. Les personnages sont assez sympathiques avec une Ruby sexy et magnifique et un Jonathan un brin frondeur, caractérisé par une profonde rancune contre son père. Cette aventure marque aussi son passage de l'adolescence vers l'âge adulte.

Et c'est un premier tome plutôt réussi, qui laisse présager de bonnes choses pour la suite.

Tif et Tondu, integrale 1949-1954 - note : 8/10

Tif et Tondu ont droit à une nouvelle édition intégrale de leurs albums dans les canons institutionnels des éditions Dupuis. Et on démarre d'entrée avec des inédits. C'est aussi l'occasion de découvrir l'historique de cette série qui, à l'image de celle de Spirou, appartient à son éditeur, après quelques tractations qui ont évincées son créateur, Fernand  Dineur et mis en place Will en ce qui concerne le dessin sur période de 1949 à 1954. Le dossier est signé de Christelle et Bertrand Pissavy-Yvernault, les désormais historien de la maison Dupuis.

Le mystère de Berseel

Les globe-trotters Tif et Tondu reçoivent une invitation du docteur Maboul qui habite Berseel, le pays de la gueuze et de la kriek-lambic, Très intéressés de prendre quelques jours de repos, leurs nerfs vont cependant être mis à rude épreuve par un mystérieux être inhumain qui sème la terreur la nuit. S'ils prennent cela de manière plutôt légère, ils vont vite se rendre compte que tout ceci n'est pas une superstition.
Cette histoire, réalisée entre 1948 et 1949, n'est jamais parue dans le Journal de Spirou (JdS) et a été publiée dans l'album "Plein feu sur Will" en 1975 (édition Michel Deligne). On y découvre des personnages encore mal dégrossis, mais doués d'une certaine  bonhomie assez contagieuse. Ils ont un côté joyeux et rabelaisien et n'hésitent pas à donner des coups si besoin en est, même s'ils n'apparaissent pas comme des drogués de l'action à tout va.

La cité des rubis
Tif et Tondu ont chacun gagné un lot à une tombola. Le premier est l'heureux gagnant d'une voiture, et le second, un bateau. Quelle n'est pas sa surprise quand celui-ci s'aperçoit qu'il s'agit en fait d'une maquette, une Tartane en porcelaine, "une pièce rare des Indes". Mais les deux compères n'auront pas le loisir de profiter longtemps de leur lot, car un accident  va pulvériser la voiture et la porcelaine. Mais à l'intérieur de celle-ci, Tondu découvre un parchemin indiquant le lieu d'une cité mythique : la cité des rubis. Bien que circonspects face à cette découverte, ils se laissent embarquer dans cette aventure qui va les conduire jusqu'en Inde.

Cette histoire est parue dans le Journal de Spirou entre juillet 1949 et février 1950 et reste inédite en album. Les caractéristiques des deux personnages restent ici les mêmes. On est encore loin des fameux détectives qu'on connaîtra bien plus tard. Ce sont, pour l'instant, encore des aventuriers qui profitent des événements. Ils ont un côté innocent qui les empêchent de voir le mal partout et les rend un peu bêtes. Mais ils sont doués d'une franche générosité. Ce sont de beaux héros de bande dessinée comme en faisait à l'époque.


La revanche d'Arsène Rupin
C'est la suite des aventures de Tif et Tondu en Inde où le bandit Arsène Rupin veut prendre sa revanche sur nos deux amis après La cité des rubis.
Parue dans le Journal de Spirou entre février et septembre 1950, cette aventure sera éditée dans l'album "Plein feu sur Will" en 1975 (édition Michel Deligne). Les mésaventures s'y enchaînent à vitesse grand "V" au point qu'il y a parfois un manque de liant d'une case à l'autre. Cela donne cependant une belle énergie à cette histoire où le lecteur aussi se fera avoir par Arsène Rupin.


San Salvador
San Salvador est parue dans l'album Tif et Tondu en Amérique centrale en 1954 après être parue entre septembre et décembre 1950 dans le Journal de Spirou. On y retrouve Tif et Yondu en croisière où le capitaine du bateau complote pour les délester de leur argent. Et alors qu'ils font escale à San Salvador, nos deux amis se font arrêter par la police militaire. C'est le début d'une folle aventure où ils vont réconcilier deux villes qui se font le guerre depuis des décennies au point qu'elles ne savent plus pourquoi.

Le fantôme des lagunes 
Parue dans le JdS entre décembre 1950 et mai 1951 et en album (Tif et Tondu en Amérique centrale) en 1954, les deux compères sont maintenant dans un pays qui ressemble au Mexique. Et à peine arrivés en ville, voilà qu'on les prie instamment de quitter le pays car un dangereux fantôme terrorise la population. Totalement réfractaires à ce genre de croyance, ils décident de rester et de s'occuper de ce qui ne peut être qu'un mauvais plaisantin. Les événements ne vont pas leur donner raison dans un premier temps.
Une histoire qui n'est pas sans rappeler leur première aventure (de l'intégrale ci-présente), le mystère de Berseel, si ce n'est l'exotisme en plus.


Le trésor d'Alaric
Alors que Tif tente désespérément de vendre des aspirateurs, il enchaine les refus. Parmi eux, un drôle de bonhomme, professeur de son état, qui lui promet de lui acheter tout son stock. Il vient, en effet, de trouver le trésor du chef wisigoth, Alaric 1er. Mais lors de sa démonstration avec son aspirateur, Tif a malencontreusement avaler un feuillet important. 
Paru dans le JdS entre septembre 1952 et juillet 1953, il paraitra en album en 1954. Sur ce récit d'Henri Gillain, le frère de Jijé, Will apparaît beaucoup plus libéré et les physiques de Tif et Tondu prennent une légère cure d'amaigrissement.


Oscar et ses mystères
Tif a trouvé le moyen de se faire un peu d'argent. Il suffit de trouver un perroquet sachant parler et de savoir lui faire dire si madame la baronne veut bien passer au salon". Mais plus facile à dire qu'à faire. Et le volatile qu'il vont trouver va les mettre sur la piste d'un secret.
Cette histoire d'Albert Desprechins est parue d'octobre 1953 à mai 1954 dans le JdS, avant d'être éditée en album en juillet 1956. Si les aventures de Tif et Tondu continuent d'êtres folles dans leur déroulement, le trait de Will donne de plus en plus une identité aux personnages.


Les couvertures des 2 albums - © Dupuis 2017.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse