Dupuis : La petite reine, Game over T19

/ Critique - écrit par plienard, le 21/09/2020

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Thriller et humour font bon ménage chez Dupuis.

La petite reine - note : 6,5/10

Les éditions Dupuis rééditent le thriller policier de Jean-Claude Servais, La Petite reine, initialement paru en 1992 (aux éditions Casterman). Une histoire de meurtres mystérieusement exécutés par des essaims d'abeilles. En effet, on retrouve un homme mort après avoir été attaqué par des abeilles et un homme va décéder des suites de piqûres de centaines de ces insectes. Si la première fois passe pour un accident, le second incident paraît des plus suspect. Et la mort du neveu de M Raymackers, actuel candidat aux élections municipales, mettent le maire en place, Marcel Clément, en délicatesse. Ses deux filles ont en effet un rapport particulier avec ces insectes et il utilise, lui-même leur venin pour soigner ses rhumatismes.


© Servais.

 Une histoire policière originale de Jean-Claude Servais, en noir et blanc, qui n'a pas perdu de sa fraîcheur. Il n'y a que cet auteur capable de raconter des histoires qui paraissent ancrées dans le réel avec cependant une pointe de fantastique, incarnée par les deux soeurs, Aude et Diane, semblant parler et commander aux abeilles.

Son style réaliste va à merveille avec ce type d'histoire. Pourtant, l'expression des sentiments restent superficielles et trop mécaniques. Il manque un peu de magie dans les rapports humains et les sentiments que Diane peut entretenir avec les hommes. Tout cela sonne un peu froid. Et le noir et blanc n'aide pas à réchauffer l'atmosphère.

Reste qu'une histoire dessinée par Jean-Claude Servais reste un plaisir pour les yeux. Il parvient à rassembler le monde "cruel" des abeilles avec le monde impitoyable des hommes.

 

Game over - Tome 19 : Beauty trap - note : 7/10

Doit-on encore vous présenter toutes les qualités de la série Game over après 18 tomes réussis. Et ce n'est pas ce dix-neuvième album qui va venir ternir son image.

L'originalité y est toujours présente et l'humour ne se dément pas. En tant que lecteur récurrent de la série, on s'amuse à trouver la chute avant la dernière case. Mais le métier de scénariste (Midam et Patelin) de bande dessinée d'humour est un vrai métier qui demande des qualités et une imagination sans borne. ce dont ils ne semblent pas manquer.


© Dupuis 2020.

 Revenue dans le giron des éditions Dupuis, après un essai en édition autonome et un passage éclair aux éditions Glénat, ce nouvel opus utilise les nuages, l'espace, le chaud, le froid, le vent, l'électricité, les presses hydrauliques, la bêtise de la princesse, la malchance de l'avatar de Kid Paddle pour obtenir un "game over" toujours plus drôle.

Une série qui va vous faire aimer perdre aux jeux vidéos.

 


Les couvertures des 2 albums - © Dupuis 2020.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse