Dupuis : Jérémiah T35, Frnck T2

/ Critique - écrit par plienard, le 22/09/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Deux séries où l'être humain est livré à lui-même.

Jérémiah - Tome 35 : Kurdy Malloy et Mama Olga - note : 7/10

Le grand prix d'Angoulême 2016 signe un trente-cinquième Jérémiah avec la subtile idée de revenir sur un épisode passé du personnage "secondaire", Kurdy Malloy. Un album où le personnage-titre est totalement absent mais qui reste bien dans la même veine de ceux de la série.


© Dupuis 2017.

 Kurdy est poursuivi par des miliciens et trouve refuge chez une étrange bonne femme, surnommée Mama Olga. Assise dans un fauteuil en osier, style Emmanuelle (le fauteuil, pas Olga !), elle parle à son crucifix géant et n'a qu'une idée en tête, se faire construire une piscine. Mais bien qu'un peu folle, elle n'en est pas moins une sacrée bonne femme qui mène un petit trafic de drogue avec le camp d'à côté. Un camp duquel Kurdy voudrait libérer un ami à lui.

C'est un drôle d'album que nous propose là Hermann, avec la totale absence de son héros et au bout de la lecture pas mal de questions en suspens. Comment Kurdy arrive là ? Qu'est-ce que ce camp ? Qu'est-ce qui empêche vraiment les gens de s'en échapper alors qu'on y entre presque comme dans un moulin ?

Et pourtant, on accroche à l'histoire. Les personnages sont mystérieux. Derrière sa simplicité d'esprit et son corps obèse, Mama Olga cache pas mal de compléxité. Et elle finit par avoir de l'affection pour le jeune Kurdy qui joue aussi un double jeu. Est-il venu délivrer son ami Chorizo reste toujours captivant. Le camp dans lequel certains font régner la torture par pur plaisir fait froid dans le dos. Et on ne manquera pas de noter le beau T-shirt de Stax, un des tortionnaires, montrant son soutien à un président américain à la mèche rebelle, président d'un monde avant l'apocalypse. Il y a toujours un fond de notre réalité dans l'oeuvre d'Hermann !

 

Frnck - Tome 2 : Le baptême du feu - note : 5,5/10

Frnck, de son vrai prénom Franck, est toujours perdu en pleine préhistoire où tout reste à inventer et en premier lieu les voyelles.
Petit rappel : Frnck est orphelin et n'arrive pas à trouver de famille d'accueil. Et c'est en fuyant l'orphelinat après une antépénultième tentative d'adoption ratée, et en traversant un chantier qu'il tombe dans une mare d'eau dans laquelle il est à deux doigts de se noyer. En se réveillant, il se retrouve mystérieusement dans une autre époque, plusieurs milliers d'années en arrière.


© Dupuis 2017.

 Si le fait de savoir beaucoup de choses peut être un avantage, les connaissances de Frnck apparaissent peu adaptées à la vie préhistorique. Le savon n'a pas beaucoup d'intérêt, la roue n'est pas encore nécessaire et le football pas vraiment utile (remarquez, c'est toujours pareil aujourd'hui). Sa présence provoque pas mal de problème dans la tribu qui l'a accueilli, au point qu'il va en être exclu. Mais seul dans la jungle préhistorique, comment va-t-il faire ?

Le duo d'auteur, Olivier Bocquet et Brice Cossu, s'éloignent de leurs sujets et ambiances habituelles. On doit au premier Transperceneige terminus, ou la Colère de Fantomas. Alors que le second a signé des albums comme Sanctuaire genesis (les couvertures), Complots (Tome 2), Carthago adventures (Tome 3) et Dauphin, héritier des ténèbres. Des univers aux antipodes de cette série jeunesse ou le dessin de Brice Cossu offre une belle énergie adaptée au récit et à cette histoire un peu dingue.


Les couvertures des 2 albums - © Dupuis 2017.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse