Dupuis en Février

/ Critique - écrit par plienard, le 07/03/2014

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Nous vous proposons de découvrir trois séries déjà bien installées chez Dupuis

Un complot scientifico-politique, les problèmes de cœur d’une adolescente enrobée et un canard au bec bleu dans un monde d’héroïc-fantasy, on trouve de tout dans la bande dessinée et tout particulièrement chez Dupuis.

 

Alter Ego, saison 2, tome 2 – note : 8/10

Suite de l’imbroglio scientifico-politico-philosophique sur les liens invisibles qui uniraient certains humains entre eux. Délia Mikulski n’y croit pas du tout. Pour elle, tout cela est une fantastique arnaque scientifico-politique pour contrôler la population. Elle participe d’ailleurs à une commission sénatoriale visant à prouver le subterfuge. Mais alors que les membres de la commission sont éliminés les uns après les autres, voilà que son ex-mari et ses deux filles se laissent embarquer dans la secte de Ridvan garden’s.

Album le plus complexe de la série (et le plus complet ?), ce tome nous montre un point auquel on n’avait peut-être pas pensé. Et si tout cela n’était qu’une immense fumisterie ? Le scénario, toujours signé Lapière et Renders a toujours autant de ramifications et est une brique supplémentaire à l’édifice Alter-Ego.


DR.

L’équipe de dessinateurs Efa-Elias Miquel et Sanchez Lopez livre une prestation acceptable. Et même si le personnage de Délia ne semble pas très bien maitrisé dans les premières pages, la fin rattrape ce petit coup de mou. À noter que les dernières pages, tant dans le scenario que le dessin, sont particulièrement intenses.

 

Tamara, tome 12 – note : 8/10

Le célèbre dicton « loin des yeux, loin du cœur » est mis à l’épreuve dans ce douzième tome des aventures de Tamara aux éditions Dupuis. Son auteur-scénariste, Zidrou, envoie en effet Diégo en internat (en réalité ce sont les notes calamiteuses du jeune homme qui obligent ses parents à prendre des mesures strictes). Il ne reviendra qu'une fois par mois ! Les paquets de chips au paprika n’ont plus qu’à bien se tenir. Car il va falloir réconforter la malheureuse Tamara.


DR.

On avait fini par oublier (un peu) le côté enrobé de Tamara. Et voilà que Zidrou lui donne 10 kilos de plus dans cet album. L’épreuve qu’elle va subir va en effet être calamiteuse pour son poids. Il faudra à la jeune fille réagir et quoi de mieux qu’une bonne série de longueur à la piscine ? Et en plus, on y rencontre de nombreuses personnes ...

« Loin des yeux ... », l’album ne reprend que la moitié du dicton. Va-t-il se vérifier intégralement ? À vous de le découvrir.

Les bonheurs et les malheurs des adolescents ne semblent pas avoir de secrets pour Zidrou. Accompagné de ses fidèles dessinateurs, Bosse et Darasse, ils réussissent encore un bien bel album alliant humour, tendresse et émotion. Une série à suivre depuis bien longtemps. On regrettera simplement que ce ne soit encore qu’un beau métis qui ne soit pas « gêné » par les rondeurs de notre héroïne préférée. Les blancs n’ont-ils donc que des œillères ?

 

Ralph Azham, tome 6 – note : 7.5/10

Après Tamara et son dicton, voici que Ralph Azham nous propose la moitié d’un adage. L’ennemi de mon ennemi ! La suite voudrait qu’il soit son ami. On pense implacablement au Roi, ennemi de Ralph Azham et à Vom Syrus, l’ennemi du Roi et ami de Ralph ( ?). La réponse pourrait être simple si l’auteur de cette série n’était pas Lewis Trondheim. En effet, il prend un malin plaisir à nous emmener sur des voies sans issues à chaque fois.

Ralph veut rejoindre son père. Il a tué Vom Syrus dans le tome précédent, enfin le croit-il et se retrouve en possession de l’épée magique de Sashir dont le pouvoir est décuplé en présence du bracelet de Sashir. Et oui, « il a plein de truc Sashir » (dixit Ralph).

L’épopée héroïco fantaisiste de Ralph a quelque chose de simple et de naturel. À suivre le canard bleu (il a le bec bleu), rien ne semble impossible ou programmé à l’avance. Comme si le scénario de Lewis Trondheim s’écrivait au jour le jour en fonction de ce qu’il se passe la veille.


DR.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse