Dupuis : Etoilé T1, Little England T2

/ Critique - écrit par plienard, le 21/02/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Little England - Tome 2 : Cobra royal - note : 6,5/10

Le jeune Jonathan joue sur un malentendu. S'il est félicité pour avoir tué un dangereux espion japonais, lui seul connaît la réalité. C'est la femme dont il est tombé amoureux, la chanteuse du Blue Moon, qui lui a sauvé la vie mais qui s'est enfuie avec les rebelles birmans pour préparer l'invasion japonaise. Il veut à tout prix la revoir mais maintenant sa tête est mise à prix par ces même rebelles birmans.


© éditions Zéphyr 2018.

 Suite et fin du diptyque de Jean-Claude van Rijckeghem et Thomas du Caju aux éditions Zéphyr. Une belle histoire d'aventure et d'amour en pleine guerre du Pacifique, qui rappellent une certaine époque chez Dupuis où le jeune héros au cœur pur est prêt à tout affronter. Si cette remarque peut laisser à penser qu'on est face à une histoire désuète, il n'en est rien du tout grâce à un dessin de qualité et des personnages aux psychologies pas si basique que cela.

 

ETOILE - Tome 1 : Hors-d'œuvre - note : 4,5/10

Est-il possible de faire de la bande dessinée sur la cuisine ? C'est en tout cas la tentative de Luc Brahy (dessin), Fanny Desmarès et Delphine Lehericey (scénario). Est-elle réussie ? C'est ce que nous allons voir.

Samuel Lejeune est un jeune homme doué pour la cuisine mais qui a eu une enfance difficile, ponctuée par de la violence et un peu de prison. Finaliste malheureux d'une émission célèbre, The ultimate cook, il doit lutter contre les préjugés et galère à faire ce qu'il aime : la cuisine. Jusqu'au jour où il rencontre la femme de sa vie : Paula Balta, la fille du célèbre cuisinier.


© Dupuis 2018.

 La cuisine est devenue Le sujet qu'on nous sert à toutes les sauces : émissions et séries télévisées en premier lieu. La bande dessinée et ce premier tome chez Dupuis, Etoilé, se lance dans l'expérience avec un résultat qui laisse un goût amer dans la bouche.

Le personnage de Samuel Lejeune est intéressant et riche : à fleur de peau, complètement drogué à la cuisine, il ne vit que pour ça. Paula Balta est d'un autre genre. Mais elle veut réhabiliter le nom de son père. Est-elle prête à tout pour cela ? C'est en tout cas ce qu'on croit percevoir, car on a du mal à vraiment recouper tous les sentiments et les informations. Tout s'enchaine sans réel liant. On a l'impression d'être dans le teaser d'une série télé dans lequel vous auriez tous les moments importants. Une sorte de résumé rapide de six albums qui n'empêche pas de comprendre ce qu'il se passe, mais qui manque de consistance et de profondeur.

Ce premier tome est donc une déception même si on sent un talent et une richesse de scénario présents.


Les couvertures des 2 albums - © éditions Dupuis & Zéphyr 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse